[Dossier Pro de Santé] Recommandations et consommations

Dossier thématique

Recommandations et consommations

recos-conso-pro

Partager l'article :

Différentes recommandations officielles concernant les sucres sont données par les instances scientifiques comme l’Organisation Mondial de la santé (OMS) et l’Anses (Agence National de Sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Elles font chacune référence à une définition différente des sucres.

Comment s’y retrouver parmi ces recommandations ? Comment se situe la consommation moyenne des Français ?

Les points clés à retenir

1. Sucres libres pour l’OMS, sucres totaux hors lactose pour l’Anses

« Les « sucres libres » sont les monosaccharides (glucose, fructose) et les disaccharides (saccharose ou sucre de table) ajoutés aux aliments et aux boissons par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur, ainsi que les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les jus de fruits à base de concentré. » (OMS 2015*)

Selon l’Anses, « Les données disponibles ne permettent pas de distinguer les effets sur la santé des sucres naturellement présents dans les aliments de ceux des sucres ajoutés, indépendamment de l’effet de la matrice ». La recommandation porte ainsi que l’ensemble des sucres de l’alimentation, sauf le lactose et le galactose pour lesquels données disponibles ne permettent pas d’établir un lien avec un risque (Anses 2016**).

2. La recommandation de l’OMS fixe un apport maximum à 10 % des apports caloriques

La recommandation de l’OMS (10 % de l’AET***) a pour objectif de prévenir le surpoids, l’obésité et les caries dentaires (recommandation « forte »). Pour 2000 kcal, 10 % des apports correspond à 50 g/j.

La recommandation « conditionnelle » émise par l’OMS (5 % de l’AET) vise des bénéfices santé supplémentaires basés sur un niveau de preuve moindre portant sur la carie dentaire. Pour 2000 kcal, 5 % des apports correspond à 25 g/j.

« Ces études écologiques en population ont été menées entre les quelques années précédant la Seconde Guerre mondiale et 1946, époque où la disponibilité des sucres a chuté de manière spectaculaire, passant de 15 kg à 0,2 kg par personne et par an. Cette « expérience naturelle », lors de laquelle on a constaté une baisse de l’incidence des caries dentaires, est à la base de la recommandation selon laquelle ramener l’apport en sucres à moins de 5% de la ration énergétique totale réduirait l’incidence des caries dentaires. » (OMS, 2015*)

3. La recommandation de l’Anses fixe un apport maximum à 100g/j

Le seuil limite a été établi sur la base des premiers effets physiologiques des sucres (augmentation des triglycérides sanguins) observés pour l’ingestion de 50 g/j de fructose chez l’adulte. Ce seuil correspond à 100 g/j de sucres contenant du fructose (excluant ainsi lactose et galactose).

En l’absence de données sur les effets de la consommation de sucres chez les enfants, l’Anses a transposé la limite de 100 g/j en se basant sur les besoins énergétiques moyens de référence (voir tableau). (Anses 2019***)

4. Consommation française : En moyenne les adultes respectent les recommandations mais les enfants la dépassent (voir tableau)

Retrouvez également dans la fiche les principaux contributeurs de sucres libres chez ls enfants et les adultes, selon les enquêtes du Credoc.  « L’Anses alerte sur les apports excessifs en sucres en particulier chez les plus petits […] L’Agence met notamment l’accent sur deux leviers prioritaires : les boissons sucrées et les pâtisseries-biscuits-gâteaux, fréquemment proposés au moment du goûter. […] et souligne l’intérêt des préparations faites « maison » qui permettent de mieux prendre conscience des apports en sucres et de les contrôler. » (Anses 2019)


Boite à outil

POUR VOUS

* OMS, 2015 Communiqué de presse : L’OMS appelle les pays à réduire l’apport en sucres chez l’adulte et l’enfant & Recommandation : Guideline: sugars intake for adults and children
** Anses, 2016. Actualisation des repères du PNNS : établissement de recommandations d’apport de sucres
*** Anses 2019 Article : Nutrition des enfants, des personnes âgées et des femmes enceintes ou allaitantes : l’Anses alerte sur l’apport excessif de sucres chez les enfants et souligne les bénéfices de l’activité physique pour les personnes âgées & Avis : AVIS de l’Anses relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS – Enfants (4 à 17 ans)

POUR VOS PATIENTS

Sur le même thème