Sucres totaux, ajoutés, libres… Tour d’horizon des données de consommation à travers le monde

Sucres totaux, ajoutés, libres… Tour d’horizon des données de consommation à travers le monde

Partager l'article :

Décembre 2021

Alors que les effets des sucres sur la santé font régulièrement l’objet d’évaluations par les instances de santé, des chercheurs ont voulu donner un aperçu du paysage mondial actuel en matière de recommandations et de niveaux de consommations.

Après un rappel des différentes définitions co-existant pour les sucres (sucres totaux, sucres ajoutés, sucres libres : voir notre infographie), ils ont recensé les recommandations nutritionnelles à leur sujet à travers le monde : certains pays endossent les recommandations de l‘OMS sur les sucres libres ; d’autres (comme la France) ont établi leurs propres recommandations, portant à au moins trois le nombre de valeurs de référence proposées par les différentes instances de santé (sucres libres < 5 ou 10 % de l’AET, sucres ajoutés < 10 % de l’AET, sucres totaux < 100 g/j…) ; d’autres encore estiment qu’il n’est pas possible d’établir de telles valeurs.

Mesurer les consommations de sucres : un outil de surveillance sanitaire

Quelle que soit la démarche et les valeurs de référence adoptées, de nombreux pays cherchent en parallèle à mesurer les niveaux de consommation de sucres de leur population. Là-encore, les estimations réalisées à partir d’enquêtes alimentaires (rappel des 24 h ou carnets alimentaires sur plusieurs jours) portent sur les sucres totaux, les sucres ajoutés et/ou les sucres libres. Les données recueillies mettent en lumière la grande diversité des niveaux de consommations (voir tableau), pouvant passer du simple au double (voire au triple) selon le pays considéré. On constate en outre que les consommations de sucres ajoutés et sucres libres sont les plus élevées chez les enfants et les adolescents, et les plus basses chez les seniors. Enfin, ces consommations se révèlent souvent supérieures aux recommandations internationales, en particulier chez les enfants d’âge scolaire et les adolescents.

Des données encore manquantes pour la majorité des pays

Ces chiffres sont toutefois à considérer avec précaution du fait de la diversité des méthodes employées selon les pays. De plus, les données disponibles ne portent que sur 29 pays (pour les adultes) sur les 194 recensés dans le monde. Sur la centaine de pays ayant établi des recommandations alimentaires, la plupart ne dispose donc pas de données nationales de consommation. Une dizaine de pays [1] dispose de données de consommation sur les sucres libres permettant de se positionner par rapport à la recommandation de l’OMS.

Selon les chercheurs, le défi des prochaines années consistera à harmoniser les classifications, définitions, recommandations pour les sucres entre les pays. Il s’agira aussi de les faire coïncider aux obligations en matière d’étiquetage nutritionnel (à l’heure actuelle, seules les teneurs en sucres totaux sont souvent requises), en s’assurant d’une bonne compréhension de la part des consommateurs.

Apports minimaux et maximaux en sucres totaux, ajoutés ou libres (en % de l’AET, apport énergétique total) rapportés à travers les pays, et données françaises pour les sucres totaux.

Financement : Travail financé par la World Sugar Research Organisation (WSRO).

[1] Bien qu’il existe des données de consommation de sucres libres pour la France (Azaïs-Braesco 2017, Maillot 2017, Deshayes et al. 2021), elles n’ont pas été identifiées dans la présente revue, car elles ne sont pas publiées dans des revues internationales et/ou il ne s’agit pas de données produites par des instances officielles. 

A retenir
  • La majorité des pays ne dispose pas de données d’estimation des niveaux de consommation de sucres.

  • Quand des données existent, elles portent sur les sucres totaux, les sucres ajoutés et/ou les sucres libres, ne permettant pas toujours de comparaison aux valeurs nutritionnelles de références nationales ou internationales.

  • Les consommations varient du simple au double, voire au triple selon les pays.

Sur le même thème