Taille des portions et répartition des apports alimentaires dans la journée sont associées à l’obésité dans la population suédoise

La recommandation de répartir ses apports alimentaires sur les différents repas de la journée n’a pas toujours fait consensus. Si le consensus est assez large pour lier le petit déjeuner à une alimentation « bonne pour la santé »,  la controverse persiste quant à l’association entre les habitudes au petit-déjeuneur et le contrôle du poids.
L’équipe de Göteborg a cherché à savoir si, dans une population suédoise adulte agée de 25 à 74 ans, il existait une association entre la répartition journalière des consommations et le niveau de surpoids. Ainsi, dans le groupe des sujets obèses, il existe une plus grande proportion qui saute le petit déjeuner voire le déjeuner, les apports caloriques étant plus importants en fin de journée ou la nuit. En revanche, aucune différence entre obèses et non obèses en termes d’apport calorique total.
Dans la discussion il est évoqué ce que nous connaissons bien en clinique, à savoir que les sujets obèses voulant être au régime (et se restreindre) sont plus enclins à sauter des repas,  mais ils craquent et du coup mangent plus… le soir. Autre résultat de l’étude : selon les auteurs, le risque associé à l’obésité s’élève de 13% à chaque augmentation de la taille des portions des aliments étudiées. En conclusion les sujets suédois obèses mangent plus le soir et avec des portions plus grandes, que l’on sait par ailleurs plus difficiles à évaluer. Encore une fois cette étude incite à cibler plus les recommandations sur la façon de manger que sur la discrimination des aliments.
Berg C, Lappas G, Wolk A, Strandhagen E, Torén K, Rosengren A, Thelle D, Lissner L.
Appetite. 2009 Feb;52(1):21-6.
Department of Food Health and Environment, University of Gothenburg, Box 320, SE 405 30 Göteborg, Sweden. christina.berg@ped.gu.se
The objective of this study was to describe the association between meal pattern and obesity. The study is based on data from the INTERGENE research programme, and the study population consists of randomly selected women and men, aged 25-74, living in the Västra Götaland Region in Sweden. A total of 3610 were examined. Participants with measured BMI> or =30 were compared with others (BMI<30) with respect to questionnaire data on habitual meal patterns and intake of energy estimated from food frequencies and standard portions. Odds ratios (OR) with 95% confidence intervals were adjusted for age, sex, smoking and physical activity in logistic regression models. Being obese was significantly associated with omitting breakfast, OR 1.41 (1.05-1.90), omitting lunch OR 1.31 (1.04-1.66) and eating at night OR 1.62 (1.10-2.39). Obesity was also related to significantly larger self-reported portion sizes of main meals. No statistically significant relationship with intake of total energy was revealed. Thus, the results indicate that examination of meal patterns and portion sizes might tell us more about obesogenic food patterns than traditional nutrient analyses of food frequencies. Being obese was associated with a meal pattern shifted to later in the day and significantly larger self-reported portions of main meals.

Accédez à l’ensemble du fonds documentaire sur : Extrasucre.org