La prise alimentaire compulsive est un comportement caractéristique de certains types d’obésité. La recherche de gratification, gouvernée par la préférence pour certains aliments, semble en être le principal moteur. Une échelle spécifique, la Binge Eating Scale (BES), a été développée pour en mesurer le niveau de gravité. Des chercheurs ont vérifié si l’utilisation de cette échelle chez des sujets non obèses permettait d’identifier un trait de comportement à risque.

Trente quatre femmes non obèses, ne suivant aucun régime et sans aucun trouble du comportement alimentaire connu, ont consommé lors de deux jours distincts, une collation sucrée (tartine de confiture servie avec un chocolat au lait) ou non sucrée (toast de houmous servi avec une soupe de légumes). Une demi-heure plus tard, les femmes avaient accès à 8 plats sucrés ou non sucrés, gras ou peu gras, qu’elles pouvaient sélectionner et manger à volonté. Parallèlement, la sensation de faim ainsi que l’appétence explicite et le désir implicite pour une vingtaine d’aliments ont été mesurés à l’aide d’échelles appropriées, notamment après la prise de la collation. Enfin, les femmes ont rempli le questionnaire BES lors d’une journée distincte.

Les femmes présentant les scores BES les plus élevés avaient plus d’appétit que les autres après la collation, une plus grande appétence pour les aliments en général, et une préférence pour les aliments gras et sucrés, lesquels ont été effectivement consommés en plus grandes quantités lors des repas.

Cette étude montre que l’échelle BES pourrait servir à détecter, chez des personnes non obèses, l’existence d’un trait de comportement favorisant la prise alimentaire compulsive, moins sévère que chez les sujets obèses mais associé à un risque d’obésité future.

Implicit wanting and explicit liking are markers for trait binge eating. A susceptible phenotype for overeating. Finlayson G., Arlotti A., Dalton M., King N., Blundell J.E. Appetite, 2011, vol. 57, No. 3, pp. 722-728.

Auteur : Blundell JE

Documents supports :
Brèves Brèves Nutrition 47 - Mars 2012 - N47004 - Réf. 4703