Afin de savoir si un régime riche en glucides augmente le risque de cancer du sein, cette étude épidémiologique suédoise portant sur 61 433 femmes suivies pendant 17,4 ans en moyenne a examiné les associations entre consommation de glucides, index glycémique (IG) et charge glycémique (CG) et l’incidence des tumeurs mammaires, globalement et selon les récepteurs hormonaux qu’elles expriment. Un questionnaire de fréquence de consommation alimentaire était complété à l’inclusion et à la fin de l’étude. Parmi 2952 cas identifiés de cancers du sein, le statut hormonal était connu pour 2062 cas : 62,4 % exprimaient des récepteurs œstrogéniques et progestéroniques (ER+/PR+), 20,2 % étaient ER+/PR-, 12,9 % étaient ER-/PR- et 4,5 % ER-/PR+. Seule la CG était positivement corrélée avec le risque global de cancer du sein (p = 0,05). Une association positive était observée entre consommation de glucides, IG et CG et risque de cancer ER+/PR-, mais pas avec les autres types de tumeurs. En analyse multivariée, les risques relatifs comparant les quintiles extrêmes étaient 1,34 [IC95 % :  0,93-1,94 ; p = 0,04] pour la consommation glucidique, 1,44 [IC95 % :1,06-1,97 ; p = 0,01] pour l’IG et 1,81 [IC95 % : 1,29-2,53 ; p = 0,0008] pour la CG. L’association n’était pas significativement plus forte chez les femmes en surpoids. Cependant ces résultats restent à confirmer, l’IG et la CG ayant été estimés à partir de questionnaires alimentaires remplis par les participantes et les données de la littérature concernant l’augmentation potentielle du risque de cancer du sein par un régime riche en glucides étant contradictoires.
Glycemic load, glycemic index and breast cancer risk in a prospective cohort of Swedish women. Larsson S., Bergkvist L., Wolk A. Int J Cancer, 2009, 125 : 153-157

Auteur : Larsson S., Bergkvist L., Wolk A

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 38 - Décembre 2009 - N38013