La pratique régulière de l’exercice physique apporte de nombreux bénéfices santé aux diabétiques de type 1. Cependant, contrôler la glycémie tout en intégrant l’activité physique dans la vie des malades est à la fois complexe et difficile. Pour prévenir le risque accru d’hypoglycémie induite par l’exercice on observe souvent une surconsommation de glucides et de calories après l’effort qui compense et annule la dépense énergétique de l’activité physique alors qu’elle pourrait être bénéfique.

Cependant, même chez des sujets sains, il y a risque de surcompensation énergétique en réponse à la dépense énergétique qui peut s’expliquer par un appétit augmenté. La modulation de l’appétit suite à l’exercice pourrait être bénéfique pour les diabétiques de type 1. Cette étude menée aux Etats Unis a eu pour but d’explorer la réponse sur l’appétit et le glucagon like peptide (GLP), de repas post exercice d’index glycémique (IG) haut ou bas chez des diabétiques de type 1 et d’examiner l’influence de l’IG sur l’appétit indépendamment de l’insulinémie et de la teneur en fibres.

Dix hommes diabétiques de type 1 physiquement actifs ont participé de façon aléatoire à un protocole en cross over avec deux périodes d’essai (aliments d’IG bas ou haut) séparées par au moins 7 jours. Après un exercice sur tapis de course de 45 min à 70% du pic d’O2, les participants ont consommé soit un repas d’IG bas, soit d’IG haut avec une composition similaire en macronutriments, une teneur en fibres négligeable, et une administration d’insuline standardisée. Les taux de glucose, insuline, glucagon et de GLP sanguins et l’appréciation subjective de l’appétit ont été mesurés pendant les trois heures suivant le repas.

Par rapport au repas d’IG bas, le repas d’IG haut a produit une aire sous la courbe de glycémie 60% supérieure sans changement significatif de l’insuline, du glucagon, du GLP1 et une aire sous la courbe de satiété 25% plus élevée. Les sensations de faim ont été 9% plus basses après le repas d’IG haut qu’après le repas d’IG bas.

Ainsi, dans des conditions contrôlées d’insulinémie et d’apport en fibres, un repas post-exercice d’IG haut supprime la sensation de faim et augmente la satiété postprandiale davantage qu’un repas équivalent en terme d’énergie et de composition en macronutriments d’IG bas chez les diabétiques de type 1.

 

Comparison of appetite responses to high- and low-glycemic index postexercise meals under matched insulinemia and fiber in type 1 diabetes.

Campbell MD, Gonzalez JT, Rumbold PL, Walker M, Shaw JA, Stevenson EJ, West DJ.

Am J Clin Nutr. 2015 Mar;101(3):478-86.

Auteur : CAMPBELL MD

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 59 - Mars 2015 - N59015 (Réf. 4592)