La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurodégénérative des motoneurones à progression rapide qui affecte environ 2 personnes sur 100 000 par an, dont la survie médiane est de seulement 30 mois. La perte de poids est un symptôme courant qui est probablement le résultat de la diminution de la consommation alimentaire. A un certain stade, une nutrition entérale doit être mise en place mais aucune recommandation nutritionnelle n’est disponible. Des études humaines et animales ont montré une réduction de la progression de la maladie et un allongement de la survie associés à un indice de masse corporel élevé et à une diète riche en énergie.

Cette étude clinique américaine randomisée en double-aveugle contre placébo avait pour but de tester si des régimes hypercaloriques avec ou sans apports lipidiques élevés étaient bien tolérés et sans risque chez des patients atteints de SLA. Les patients ont été répartis en 3 groupes : régime isocalorique contrôle (n=7) ou régime hypercalorique hyperglucidique (n=9) ou régime hypercalorique hyperlipidique (n=8)). La quantité d’énergie nécessaire à chaque participant selon le groupe auquel il appartenait était estimée en fonction de la dépense énergétique au repos et de l’activité physique, ou selon la consommation journalière nécessaire au maintien du poids avant l’étude. L’intervention a duré 4 mois, avec 5 mois de suivi.

Les résultats montrent que les patients du groupe contrôle, dont le poids aurait dû rester stable, prenaient en moyenne +0,11kg par mois de poids. Les changements de poids pour les groupes des régimes hyperglucidique et hyperlipidique étaient opposés (respectivement +0,39kg et -0,46kg par mois) malgré une consommation énergétique équivalente. Le régime hyperglucidique apportait moins d’effets indésirables que les 2 autres régimes (contrôle et hyperlipidique). Durant les 5 mois de suivi, aucun patient n’est décédé dans le groupe hyperglucidique alors que 43% des patients du groupe contrôle et 13% du groupe hyperlipidique sont décédés. Les décès étaient dus à des problèmes respiratoires inhérents à la maladie et non au régime. Cette étude préliminaire doit cependant être considérée avec prudence compte tenu du petit nombre de patients et de l’état avancé de la maladie au moment de l’intervention.

Hypercaloric enteral nutrition in patients with amyotrophic lateral sclerosis: a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 2 trial.

Wills AM, Cudkowicz M et al. for the MDA Clinical Research Network

Lancet. 2014 Feb 27. pii: S0140-6736(14)60222-1


Auteur : WILLS AM

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 56 - Juin 2014 N56015 (Réf 4548)