Prediction of postprandial glycemia and insulinemia in lean, young, healthy adults: glycemic load compared with carbohydrate content alone

Introduit en 1997, le concept de charge glycémique, défini par le produit mathématique de l’index glycémique et du contenu en glucides, se veut un marqueur des réponses glycémique et insulinémique lors de l’ingestion d’une portion d’un aliment donné. Visant à améliorer la validation de cet index, les auteurs de cette étude ont évalué les corrélations entre la charge glycémique et les réponses physiologiques postprandiales à 121 portions d’aliments simples (étude 1) d’une part, et 13 repas composés (étude 2) d’autre part, chaque corrélation étant comparée à celle obtenue avec le seul contenu en sucres. La procédure a été menée au sein d’un échantillon de volontaires sains, minces et de 24 ± 5 ans d’âge moyen (n = 10-15 par aliment ou repas testé).

Ainsi, après ingestion d’aliments simples, la charge glycémique s’est révélée plus étroitement liée aux réponses glycémique et insulinémique, que le contenu en glucides ou l’index glycémique seuls. En effet, la charge glycémique expliquait, isolément et de façon significative, environ 85% et 59% des variations de glycémie et d’insulinémie respectivement. Il en a été de même pour l’étude 2, portant sur les repas composés, où la charge glycémique a expliqué 58 et 46% des variations glycémiques et insulinémiques respectivement. Dans cette deuxième procédure, le contenu en glucides et l’index glycémique n’ont pas été des témoins significativement valides des réponses métaboliques. De plus, la teneur en fibres, testée dans les deux études, a montré au mieux une faible corrélation avec les réponses métaboliques, laissant imaginer que les bénéfices métaboliques des fibres alimentaires font appel à d’autres mécanismes qu’un effet sur les pics hyperglycémique et hyperinsulinémique postprandiaux.

Bien que l’effectif étudié soit de corpulence mince et tolérant au glucose, et donc que l’extrapolation à une population insulinorésistante telle que des diabétiques de type 2 soit difficile, cette étude est la première validation au travers d’une large échelle d’aliments, de la pertinence du concept de charge glycémique.

 

 Prediction of postprandial glycemia and insulinemia in lean, young, healthy adults: glycemic load compared with carbohydrate content alone. Bao J., Atkinson F., Petocz P., Willett W.C., Brand-Miller J.C. Am J Clin Nutr, 2011,  93 : 984-96


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45008 (Réf 4677)