BRUXELLES, 26 août 2011 (AFP) – Le Comité européens des fabricants de sucre (CEFS) a dénoncé vendredi l’instauration en France d’une taxe sur les sodas, dont le but affiché est de lutter contre l’obésité, en estimant qu’il s’agissait d’une mesure « simpliste » dont l’efficacité « n’est pas démontrée ».
« Aucun aliment ou nutriment n’est nocif en soi, sinon il est purement et simplement interdit. Il n’est donc pas justifié de taxer de manière discriminatoire certains aliments ou nutriments », a estimé la directrice générale du CEFS, Marie-Christine Ribera, interrogée par l’AFP.
« La recherche scientifique montre que la fiscalité n’est pas un instrument efficace pour modifier les comportements alimentaires du consommateur et n’aura aucune incidence sur les taux d’obésité », a-t-elle ajouté.
La représentante de l’industrie sucrière européenne a estimé qu' »informer et éduquer le consommateur » était « un moyen bien plus adapté pour encourager des comportements alimentaires sains ». « L’obésité est un problème complexe relevant de multiples facteurs: lutter contre l’obésité appelle donc des mesures moins simplistes qu’une nouvelle taxe », a-t-elle souligné.
L’instauration d’une nouvelle taxe dont « l’efficacité reste à démontrer » semble davantage guidée « par des considérations budgétaires que de santé publique », a-t-elle soutenu.
Le Premier ministre français François Fillon a annoncé mercredi la création d’une taxe sur les boissons à sucres ajoutés pour lutter contre l’obésité.
Elle doit entrer en vigueur début 2012 et devrait rapporter 120 millions d’euros à l’Etat. Elle devrait renchérir le prix de la canette d’un centime d’euro en moyenne, selon les industriels du secteur.
Seule une poignée d’Etats de l’UE, notamment des pays nordiques, taxent plus fortement les produits sucrés.
La Grande-Bretagne qui connaît pourtant le taux d’obésité le plus élevé d’Europe, avec 24, 5% de la population en surpoids, ne taxe pas spécialement les sodas. Il n’y a pas non plus de taxe spéciale en Allemagne, en Italie, au Portugal ou encore en Pologne, en Suède et dans les pays baltes.
aje/ylf/tlg