Urinary sugars biomarker relates better to extrinsic than to intrinsic sugars intake in a metabolic study with volunteers consuming their normal diet

Selon cette étude réalisée chez 13 adultes sains (43,215,9 ans) ayant résidé pendant 30 jours dans l’unité de nutrition du MRC* (Cambridge), les taux de sucres urinaires reflètent mieux la consommation de sucres extrinsèques (SE, sous forme libre dans les aliments ou ajoutés) que de sucres intrinsèques (SI, présents naturellement dans les fruits, légumes et céréales). Le régime habituel des participants, reconstitué à l’aide d’un carnet de consommation alimentaire de 28 jours, était mis à leur disposition chaque jour. Les urines des 24h étaient collectées en continu, la concentration urinaire d’acide para-aminobenzoïque (ajouté aux repas) permettant d’en contrôler le recueil complet. La consommation moyenne de sucres totaux (ST) était de 202±69 g/jour (95±33 g/j, 323±25 g/j), 60,1 %/jour provenant des SE, 34,4 % des SI et 5,5 % du lait, avec de grandes variations en SE et SI selon les jours et les sujets. Les taux d’excrétion urinaire de sucres étaient fortement corrélés aux consommations moyennes de SE sur 30 jours (r=0,84, p<0,001) : r=0,654, p=0,015 (saccharose) et r=0,670, p=0,012 (fructose). En revanche, la corrélation était faible pour les SI ingérés (r=0,43, p=0,144) : r=0,478, p=0,098 (saccharose) et r=0,401, p=0,174 (fructose). Enfin, la mesure des urines des 24h prédisait aussi bien que celle de 4 ou de 30 jours consécutifs la consommation de SE. Ainsi, 100mg de fructose et saccharose dans les urines prédisait 119,4g de SE consommés versus 120,7g et 124g pour les recueils d’urine de 30 jours.

 

* Medical Research Council


 

Urinary sugars biomarker relates better to extrinsic than to intrinsic sugars intake in a metabolic study with volunteers consuming their normal diet. Tasevska N et al., Eur J Clin Nutr, 2009, 653-59


 


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 37 - Novembre 2009 - N37005