En dehors des grands interdits alimentaires liés aux pratiques religieuses, peu d’aliments font autant l’objet d’anathèmes que le sucre. Cette tendance qui apparaît au 17e siècle refait régulièrement surface, offrant un éclairage révélateur sur les époques et les sociétés qui la réactivent. Aujourd’hui encore, la saccharophobie s’exprime à travers des attaques fondées sur des peurs irrationnelles ou sur des idées scientifiquement erronées. Une telle focalisation ne pouvait manquer d’attirer l’attention des chercheurs, tout particulièrement celle des sociologues.

Documents joints


Documents supports :
Grain de sucre n° 36