Alternation between foods within a meal. Influence on satiation and consumption in humans
Partant du constat que la variété des aliments stimule la prise alimentaire, cette étude a recherché si l’alternance des aliments au cours d’un repas, par un effet de désaccoutumance, conduirait à augmenter la prise alimentaire. Pour tester cette hypothèse, 8 femmes et 8 hommes (âge : 21±1 ans ; IMC : 21.5±0.5 kg/m2) ont été soumis de manière randomisée à trois différentes sessions de repas, comportant soit une seule, ou plusieurs, ou bien aucune répétition d’aliments au cours d’un déjeuner standardisé (viande, frites à volonté, crème vanillée, brownies à volonté). Le postulat initial a été en partie vérifié, puisque la quantité d’aliments ingérés lors de la session « à répétition unique » était supérieure à celle de la session « sans répétition » (385±22 g vs 338±25 g, p<0.05, avec 18 % de frites et 16 % de brownies supplémentaires). À l’inverse, la session à « répétition multiple », loin de stimuler davantage la prise alimentaire comme le présupposaient les auteurs, s’est au contraire vue accompagnée d’une consommation moindre d’aliments comparée à celle de la « répétition unique » (345±23 g vs 385±22 g, p<0.05, 13 % de frites supplémentaires, mais 20 % de brownies en moins). Le plaisir olfactif et la satiété postprandiale n’ont quant à eux, pas été modifiés de manière notable par le type de répétition. En somme, si l’alternance modérée des aliments semble augmenter la consommation en relation avec un moindre effet du rassasiement spécifique une plus grande alternance des mets, diminue au contraire   la consommation. La poursuite de ce travail permettra ainsi de mieux comprendre comment les individus utilisent les propriétés sensorielles des aliments pour construire leurs repas dans les différentes cultures
Alternation between foods within a meal. Influence on satiation and consumption in humans. BRONDEL L., LAURAINE G., VAN WYMELBEKE V., ROMER M. et al. Appetite, 2009, 53 : 203-209

Auteur : Brondel L., Lauraine G., Van Wymelbeke V., Romer M. et al.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 38 - Décembre 2009 - N38005