Cette étude française cherche à déterminer l’ influence de l’ index glycémique (IG) du petit-déjeuner sur les facultés cognitives pendant les 4 heures suivantes. Les performances mentales ont été évaluées par un test de mémoire orale chez 71 jeunes femmes, ayant reçu au hasard l’ un des petits-déjeuners à base de céréales soit à fort IG, soit à faible IG. A contenu égal en énergie et macronutriments, un petit-déjeuner à faible IG améliore les performances mnésiques à t=150 et 210 minutes, tandis qu’ avec un petit-déjeuner à haut IG, ces performances chutent progressivement. Cela est corroboré par les meilleurs résultats à un test d’ apprentissage à 180 minutes, obtenus par des rats mis au régime faible IG. Curieusement, chez les hommes comme chez les rats, il n’ y a pas de relation directe entre les performances cognitives et la glycémie. Selon l’ auteur, l’ insulinémie, qui augmente plus doucement avec les régimes à faible IG, pourrait favoriser l’ accès du glucose au cerveau, une faible quantité seulement pouvant pénétrer dans les tissus insulino-sensibles. En conclusion, la consommation d’ un petit-déjeuner à faible IG est associée à de meilleures performances en fin de matinée. Par ailleurs, les rats constituent un bon modèle pour élucider ces mécanismes physiologiques.

 

Petit déjeuner à faible index glycémique, pensées claires toute la matinée ! Benton et al. Psychopharmacology, 2003, 166, 1 : 86-90

Auteur : Benton et al.