Covid 19 : le nouveau coronavirus serait spécifiquement associé à la perte brutale d’odorat signalée chez de nombreuses personnes depuis quelques semaines.

Perte d’odorat ou perte de goût ? Que sont l’anosmie et l’agueusie ?

Les sens chimiques du corps comprennent l’odorat, utilisé pour détecter les composés volatils (arômes, odeurs), et le goût, qui reconnaît les composés alimentaires solubles comme les sucres, les sels et les acides.Un certain nombre de troubles chimio-sensoriels entraîne la diminution, la distorsion ou la perte complète des fonctions olfactives ou gustatives.

Par exemple, l’anosmie est la perte ou l’absence totale d’odorat, tandis que l’hyposmie est une capacité réduite à sentir. De même, l’agueusie est une absence de goût. L’anosmie est un trouble de l’odorat largement méconnu, et très souvent ignoré. Selon une étude du CNRS menée en 2015, près d’un Français sur 10 serait pourtant concerné par cette pathologie. Par ailleurs, l’odorat étant étroitement lié au goût, la plupart des patients qui ont une anosmie ont également une altération des sensations gustatives (agueusie).

 

Avec le nouveau coronavirus, la perte d’odorat serait brutale, parfois associée à une perte de goût et en l’absence d’obstruction nasale.

La perte d’odorat n’est pas un symptôme spécifique du Covid-19, mais en cette période d’épidémie, la survenue d’un tel signe doit alerter, surtout en l’absence de rhume ou de signes allergiques Elle est considérée pendant cette pandémie comme pathognomonique du Covid-19 (signe clinique qui permet à lui seul d’établir le diagnostic).

Selon les premières observations, la perte d’odorat (avec ou sans perte de goût) serait parfois l’un des premiers signes de l’infection et parfois même isolée chez les patients atteints le plus souvent de formes bénignes de la maladie. C’est ce qui vient d’être montré dans une étude multicentrique européenne, dans laquelle les patients atteints du Covid 19 sans obstruction nasale sont près de 80 % à déclarer une perte d’odorat partielle ou totale.

Sur une étude française réalisée en mars 2020 à l’Hôtel Dieu de Paris sur 55 patients anosmiques, 94% sont Covid+ (test par PCR nasal, dont on sait qu’il y a 30% de faux-négatifs).

Les études radiologiques sur les patients atteints ont montré une inflammation de la fente olfactive. Cette inflammation, mécanisme de défense de l’organisme contre le virus, empêcherait les molécules odorantes d’atteindre les récepteurs olfactifs.

Il est plus probable que la perte d’odorat explique la sensation de perte de goût. Lorsque nous mangeons ou buvons, le cerveau combine en effet nos perceptions gustatives de la bouche (les saveurs détectées via nos papilles) avec l’olfaction dite rétronasale – c’est-à-dire la perception des arômes libérés par les aliments lorsque l’on mastique et que l’on déglutit.

Les patients qui ont souffert de perte d’odorat partielle ou totale peuvent décrire une perte de goût mais sont toujours capables de détecter du sucre, du sel ou de l’acide sur la langue. Ce qu’ils ont perdu, c’est l’apport de l’odorat à leur perception des saveurs. Il est probable que dans la plupart des cas, la perte de goût signalée par les patients COVID-19 est probablement due à une capacité réduite ou absente à sentir. Dans l’étude du Pr Dominique Salmon-Ceron, infectiologue à l’Hôtel Dieu, les malades Covid-19 conservent le goût du sucré et de l’amer, ce qui confirme cette hypothèse.

Le virus pourrait directement endommager les cellules sensorielles du nez qui détectent les odeurs, voire suivre le nerf olfactif et causer des dommages supplémentaires. En général, cette anosmie-agueusie disparait en 5 à 10 jours, ce qui va dans le sens de l’hypothèse de l’inflammation de la fente olfactive et non d’un d’atteinte neurologique qui  nécessiterait une  récupération plus longue.

 

Conséquences

L’agueusie peut être une importante source de frustration et entraîner à terme des troubles alimentaires. La perte de l’odorat s’accompagne inévitablement d’une perte du goût, une expérience que chacun a vécue ponctuellement lors d’un rhume. Le plaisir de manger disparaît donc avec les odeurs, ce qui nuit profondément à la qualité de vie et entraîne des risques de troubles de l’alimentation (perte de l’appétit, perte de poids). La pratique de certaines professions devient presque impossible, en particulier pour les cuisiniers. Une autre conséquence est la perte d’un des systèmes d’alerte de l’organisme. Les odeurs peuvent nous avertir d’un danger imminent, par les fumées, les produits chimiques ou encore la nourriture avariée. Les personnes anosmiques sont ainsi plus exposées aux risques d’accidents domestiques.

 

Conduite à tenir

En général ce symptôme est mentionné dans les formes peu graves chez des patients jeunes. Néanmoins, il peut être présent dans les formes graves, à condition qu’il soit recherché et détecté par les soignants.

Pour en savoir plus sur le lien entre le Covid-19 et les sens du goût et dans l’attente des résultats, le Conseil National Professionnel des médecins ORL formule plusieurs recommandations :

  • Rechercher systématiquement une perte de goût ou d’odorat chez un patient présentant des signes d’infection par le coronavirus ;
  • Isoler immédiatement tout patient présentant une anosmie et/ou une agueusie sans obstruction nasale.

Ainsi, le test de l’odorat pourrait être un outil utile et complémentaire pour identifier les personnes susceptibles d’être infectées par COVID-19.

 

Actuellement, outre la prise en charge de la cause de l’anosmie, le traitement repose sur la stimulation de l’odorat par un protocole d’entraînement aux odeurs, avec des résultats très variables selon les patients. Pour le Pr Alain Corré il n y a pas de traitement en dehors d’une rééducation de l’odorat pour réentraîner ses centres associatifs à ne pas oublier les odeurs en sentant des épices (cannelle, vanille, … ), des herbes aromatiques en cuisinant .

 

Pour en savoir plus :

Lechien JR et al., avril 2020, Olfactory and gustatory dysfunctions as a clinical presentation of mild-to-moderate forms of the coronavirus disease (COVID-19): a multicenter European study, European Archives Othorhinolaringology

CNORL, mars 2020, Alerte anosmie COVID-19

INESSS Québec, mars 2020, COVID-19 et anosmie sévère BRUTALE et perte de goût sans obstruction nasale.

 

Tags: ,