Par Virginie Ballet Envoyée spéciale à Lyon

 

Aussi important pour la profession que le concours du meilleur ouvrier de France, Lyon accueillait cette semaine la coupe du monde de pâtisserie. Avec ses sculptures de rockeurs gourmandes, les Bleus ont remporté leur huitième médaille d’or.

 

Pour le capitaine de l’équipe, c’est une «grande fierté de rentrer dans la famille des champions du monde». La Marseillaise a évidemment retenti, des drapeaux tricolores ont été agités dans tous les sens, certains ont pleuré devant les caméras… Sauf qu’il ne s’agissait pas là d’une coupe du monde de football, mais de pâtisserie. En début de semaine à Lyon, la France a décroché la médaille d’or, au terme de deux jours d’une compétition en équipe, où chacun des trois membres a sa spécialité : le sucre (Etienne Leroy, également capitaine), le chocolat (Bastien Girard), et la glace (Jean-Thomas Schneider). Futile ? Pas franchement : pour les professionnels du secteur, l’événement, qui se tient tous les deux ans dans le cadre du Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation (Sirha), est considéré comme l’un des deux Graal de la profession, avec le concours du meilleur ouvrier de France…

 

 

Pour lire la suite: http://next.liberation.fr/food/2017/01/27/patisserie-le-sacre-sucre-de-la-france_1544538