La stéatose hépatique non alcoolique (non-alcoholic fatty liver disease, NAFLD) se caractérise par une surcharge en graisses du foie sans rapport avec une infection ou une prise d’alcool. Une stéatohépatite non-alcoolique (non-alcoholic steatohepatitis, NASH), qui peut conduire à une cirrhose et un cancer du foie, peut se développer chez 20 à 30 % des sujets atteints de NAFLD. Cette revue permet de comprendre les causes du développement de la NAFLD.

Les lipides qui s’accumulent dans le foie proviennent des acides gras (AG) circulant dans le sang et d’une synthèse endogène. Une consommation calorique excessive induit un déséquilibre du métabolisme et mène au développement et à la progression de la NAFLD. Les adipocytes du tissu adipeux blanc qui stockent les AG en excès sous forme de triglycérides sont déréglés et secrètent des cytokines inflammatoires qui sont en partie responsables du développement de la NAFLD. Le type d’AG ingéré favorise ou non un état inflammatoire : les AG saturés et trans ainsi que les AG poly-insaturés oméga-6 auraient un rôle néfaste sur le métabolisme des lipides, dû à leur rôle pro-inflammatoire, alors que les AG oméga-3 seraient plutôt bénéfiques par leur action anti-inflammatoire.

Chez des patients NAFLD, l’augmentation des AG libres dans le sang a été associée à des caractéristiques du syndrome métabolique, c’est-à-dire une obésité, une hyperglycémie et/ou une hypertriglycéridémie, avec un niveau de sévérité associé à un statut inflammatoire et à des dommages sur le foie. Le foie est le premier organe touché par la résistance à l’insuline dans la NAFLD. Cependant, les chercheurs n’ont pas encore trouvé quel phénomène était à l’origine de l’autre entre accumulation des lipides et résistance à l’insuline dans le foie. La NAFLD peut être retrouvée chez des patients non obèses et chez qui il n’y a pas d’insulino-résistance, ce qui suggère que l’hyperinsulinémie est probablement une conséquence plutôt qu’une cause de NAFLD chez ces sujets et que l’alimentation serait la cause primaire de stéatose hépatique et de résistance à l’insuline hépatique. En revanche, chez les patients NAFLD obèses et diabétiques, la résistance à l’insuline périphérique pourrait être initialement responsable de l’accumulation des lipides dans le foie.

La NAFLD est donc une maladie complexe systémique dans laquelle on trouve une interaction entre un dysfonctionnement du foie, favorisé par une mauvaise alimentation, des modifications du tissu adipeux, et une association au syndrome métabolique.

Non-alcoholic fatty liver disease: A sign of systemic disease.

Reccia I, Kumar J, Akladios C, Virdis F, Pai M, Habib N, Spalding D. Metabolism. 2017 Jul;72:94-108.

Auteur : Reccia I

Documents supports :
Brèves Nutrition n°69 - Septembre 2017 - N69015