Pour déterminer les effets du contenu alimentaire en macronutriments sur le métabolisme du glucose et des lipides pendant l’ enfance, une étude croisée a été menée chez 12 enfants prépubères et 12 adolescents, non obèses. Chacun recevait successivement deux types de régime iso-calorique à suivre pendant une semaine : 1) riche en glucides (60%) et pauvre en graisses (25%) (HCHO/LLip) et 2) pauvre en glucides (30%) et riche en graisses (55%) (LCHO/HLip). Après chaque semaine de régime, les concentrations en substrats et hormones, la production de glucose et la sensibilité à l’ insuline étaient mesurées. Les résultats montrent que les enfants et adolescents s’ adaptent totalement et rapidement à des changements de régime importants en ajustant l’ oxydation des substrats à leur quantité consommée. Ainsi lorsque la consommation de glucides est pratiquement doublée entre le régime LCHO/HLip et le régime HCHO/LLip, leur oxydation est augmentée en conséquence. Alors que la sensibilité à l’ insuline (mesurée par un test de tolérance au glucose marqué au deutérium) est plus faible à la puberté que pendant l’ enfance (3,2±0,7 x 10-4 et 9,4±1,5 x 10-4 min-1/(ìU.ml-1) respectivement), un régime riche en glucides permet de l’ augmenter chez les adolescents et ne la modifie pas chez les enfants (5±1,4 x 10-4 et 9,9±1,5 x 10-4 min-1/(ìU.ml-1) respectivement), la sensibilité des cellules â n’ étant pas modifiée. La consommation chez les adolescents d’ un régime riche en glucides faciliterait donc, en augmentant leur sensibilité à l’ insuline, la captation du glucose périphérique

 

Macronutriments et métabolisme du glucose. SUNEHAG et al. Journal of Clinical endocrinology & Metabolism, 2002, 87, 11 : 5168-5178

Auteur : Sunehag et al.