Body mass index moderates gaze orienting biases and pupil diameter to high and low calorie food images

Parmi les voies de recherche dans le domaine de la prise alimentaire, différents travaux se sont attachés à étudier les motivations et les attitudes des mangeurs vis-à-vis de leurs choix alimentaires. Certaines formes de surpoids ou d’obésité, liées à des troubles du comportement alimentaire, présentent des traits communs avec les addictions et répondraient ainsi à la théorie dite de la « sensibilisation – renforcement » impliquant le système de récompense dopaminergique. Selon une technique sophistiquée, appelée « eye tracking », les auteurs de cette expérimentation ont noté les mouvements oculaires et la dilatation pupillaire chez 36 femmes volontaires en bonne santé, durant la présentation de 30 paires d’images figurant des aliments riches en calories et salés, ou riches en calories et sucrés, ou pauvres en calories. Les investigateurs ont, par ailleurs, récolté des données morphologiques et des éléments indiquant le niveau d’appétit, les éventuelles compulsions ainsi que les tendances à la restriction alimentaire, grâce à différents questionnaires. La méthode « eye tracking » a la particularité d’étudier les attitudes implicites, donc peu soumises à la régulation intentionnelle, des sujets face à différents aliments, via la mesure de biais intentionnels (phases d’attention maintenue lors de stimuli particuliers). Les résultats ont mis en évidence une durée totale de fixation du regard globalement équivalente quelle que soit la corpulence. En revanche, les sujets en surpoids/obèses, a fortiori ceux ayant une tendance à la restriction calorique, avaient des taux de fixation initiale du regard qui prédominaient pour les aliments à faible teneur calorique, reflétant ainsi une attitude implicite positive. La constatation s’est avérée inverse pour les sujets minces qui regardaient d’abord plutôt des aliments caloriques et sucrés. Le diamètre pupillaire des jeunes femmes en surpoids était réduit face à des aliments caloriques, confirmant une attitude implicite négative vis-à-vis de ces types d’aliments. Les auteurs n’ont pas trouvé de corrélation entre les biais intentionnels et les données concernant l’appétit et les compulsions alimentaires. Enfin, il a été mis en évidence que les sujets à corpulence élevée et ayant des préoccupations de poids avaient des attitudes implicites négatives face à des aliments sucrés à haute teneur calorique. Au final, il semble que l’indice de masse corporelle module les paramètres d’orientation du regard, confirmant l’intérêt de l’« eye tracking » pour décrypter les aspects involontaires de la prise alimentaire.

 

Body mass index moderate gaze orienting biases and pupil diameter to high and low calorie food images. GRAHAM R., HOOVER A., CEBALLOS N.A., KOMOGORTSEV O. Appetite, 2011, 56, 3 : 577-586

Tags:

Auteur : GRAHAM R.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45003 (Réf 4672)