Cette étude pilote a évalué l’impact d’un régime à bas index glycémique (BIG) sur le maintien du poids après amaigrissement chez 42 personnes en surpoids (IMC : 27-45 kg/m2) ayant perdu 6,1% [5,2-7,1%] de leur poids en 2,9 mois [2 à 3,5 mois]. Les sujets ont été randomisés pour suivre pendant 4 mois un régime à BIG (n = 23) ou à fort IG (FIG, n = 19) consistant en une alimentation ad libitum de faible teneur en lipides, avec au moins un  aliment glucidique BIG ou un aliment glucidique FIG par repas ou collation – les valeurs d’IG étant définies selon la littérature. L’évaluation mensuelle a montré que les régimes des groupes BIG et FIG ne différaient que par l’IG (49,7 ±5,7 vs 63,7 ±9,4, p<0,001) et la charge glycémique (89,7 ±27,5 vs 136,8 ±56,3, p<0,001). Seuls les apports caloriques ingérés étaient plus faibles que les apports estimés dans le groupe BIG à 4 mois, ce qui pourrait être dû à l’effet rassasiant des aliments BIG. Les taux sanguins de glucose et d’insuline à jeun ou après un repas-test n’étaient pas significativement différents, ni les mesures anthropométriques, une différence de 1kg non significative étant notée à 4 mois (BIG: -0,7 ±2,9kg, FIG = 0,3 ±1,9kg, p = 0,3). Cette étude, où l’index glycémique était contrôlé en conditions « réelles », sans fourniture des aliments clés, suggère que dans le cadre d’un régime alimentaire sain, le type de glucides consommé n’affecte pas significativement le maintien du poids. Ce résultat mérite d’être vérifié à plus long terme ou sur un échantillon plus large.

 

 

The effect of dietary glycemic index on weight maintenance in overweight subjects : a pilot study. Philippou E et al. Obesity, 2008, 17: 396-401



Documents supports :
Brèves Nutrition N° 36 - Juillet 2009 - N36007