L’Angleterre fait partie des pays européens dont l’espérance de vie a le plus augmenté entre 1990 à 2013 (+ 5,4 ans). Il existe cependant de larges disparités, avec une espérance de vie plus faible chez les personnes défavorisées.

Cette augmentation de l’espérance de vie est due à la diminution des décès par maladies cardiovasculaires, accidents vasculaires cérébraux, maladie pulmonaire obstructive chronique ou certains cancers. Les facteurs de risque comportementaux (mauvaises habitudes alimentaires et tabac) sont les facteurs les plus importants parmi les facteurs de risque évitables de ces maladies et un changement de l’alimentation pourrait permettre de les diminuer.

Si les niveaux de santé dans les régions les moins performantes égalaient ceux des plus performantes, l’Angleterre serait un des pays développés avec le niveau le plus bas de charge de morbidité.

 

Que peut-il être fait d’un point de vue alimentaire pour arriver à ce changement ? Quel rôle doit jouer la recommandation actuelle sur la consommation de sucres libres ?

 

L’auteur discute les toutes dernières recommandations du Public Health England (PHE) pour réduire la consommation de sucres libres. A partir d’une approche de méthodes mixtes qui a permis d’agréger des informations de qualité variable, le PHE a publié en octobre 2015 des conclusions sur les éléments moteurs de la consommation de sucres libres et recommande des actions à mettre en place au sein d’un plan d’actions coordonné dans différents domaines : le marketing et la publicité, les promotions et les mesures fiscales, l’approvisionnement alimentaire avec des reformulations de produits alimentaires et des réductions de portions, la connaissance, la formation et les actions locales.

 

L’auteur attire l’attention sur le fait que si les sucres ont tenu le rôle central depuis un certain temps déjà, il ne faudrait pas occulter les autres composants d’une alimentation saine tels que le profil d’acides gras, les teneurs en sel, protéines et fibres et la fourniture de teneurs adéquates de toutes les vitamines et minéraux. L’auteur rappelle que la version révisée du guide « Eatwell plate » (publiée en mars 2016) fournit une base à la communauté des nutritionnistes et aux media pour promouvoir une nutrition saine sous un angle plus large.

 

Sugars – part of a bigger picture?

Buttriss, J. L.

Nutrition Bulletin, 41: 78–86.

Auteur : BUTRISS J.L

Documents supports :
Brèves Nutrition n° 64 - Juin 2016 - N64001