Bien que la consommation de sucres ait souvent été incriminée dans l’accroissement « épidémique » de l’obésité et suspectée dans l’appauvrissement qualitatif de l’alimentation au sein des pays occidentaux, les études portant sur son rôle dans la prise de poids montrent des résultats mitigés.

Reprenant la grande cohorte américaine NHANES (National Health and Nutrition Examination Survey), les auteurs de cette étude transversale ont comparé les données, récoltées sur les périodes 1971-75 (n = 20 195) et 1988-94 (n = 28 663), concernant la consommation alimentaire et la corpulence.

Entre les deux périodes, les apports énergétiques apparaissent, en analyse prédictive multivariée, comme le plus fort contributeur dans les variations d’indice de masse corporelle (IMC), contrairement aux glucides totaux, et ce, dans toutes les classes d’âge. De même, la consommation de sucres totaux n’est pas prédictive de variation de corpulence dans tous les sous-groupes d’âge. Les apports en lipides et en glucides totaux sont corrélés à l’évolution de l’IMC, et non à ceux en sucres totaux et en sucres ajoutés.

Dans leur commentaire, les auteurs évoquent la diminution, sur la période, de la consommation de lait et de produits carnés chez les enfants et les adolescents, entraînant par balancier une hausse des apports en glucides. Aux Etats-Unis, la consommation de boissons sucrées, principale source de sucres ajoutés, se substituerait aux apports lactés. Les auteurs ajoutent à cet égard des résultats non inclus dans l’article qui montreraient que, chez les 1-18 ans, si les sucres ajoutés ne semblent pas corrélés aux apports caloriques journaliers, lorsque leur consommation est ajustée pour ces mêmes apports caloriques, elle devient un facteur d’exposition au risque d’obésité.

Cette série démontre finalement que le maintien de l’équilibre alimentaire en macronutriments associé à une maîtrise du niveau d’apports énergétiques journaliers, et à un mode de vie « actif », sont les clés du maintien d’un poids de « forme ».

Is obesity development associated with dietary sugar intake in the U.S.?

Song W.O., Wang Y., Chung C.E., Song B., Lee W., Chun O.K.

Nutrition, 2012, vol. 28, No. 11-12, pp. 1137-1141.



Auteur : SONG WO

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 50 - Décembre 2012 - N 50012 (Réf. 4757)