Cet article fait le point sur les sirops de glucose à haute teneur en fructose (SGHF) et le rôle qu’ ils peuvent jouer dans le développement de l’ obésité, en particulier aux États-Unis. Ces sirops constituent une source importante de fructose alimentaire, qui se différencie des autres sucres par plusieurs caractéristiques : le saccharose est hydrolysé dès son arrivée dans l’ intestin par la sucrase-isomaltase. Le glucose est immédiatement absorbé par contre le fructose n’ est absorbé que lorsqu’ il atteint le jéjunum. Ainsi, contrairement au saccharose, le fructose n’ est pas digéré dès son entrée dans l’ intestin, mais absorbé au niveau du jéjunum Si la consommation de fructose en petites quantités avec du glucose augmente la synthèse hépatique de glycogène et réduit la réponse glycémique chez les diabétiques de type 2, lorsqu’ il est ingéré en grande quantité, il devient en revanche source de carbone pour la lipogénèse hépatique. Par ailleurs, par rapport au glucose, le fructose induit une sécrétion d’ insuline beaucoup plus faible, qui serait associée à de moindres concentrations de leptine, l’ hormone coupe-faim. L’ apport de fructose pourrait ainsi stimuler la faim et la consommation d’ aliments. De même, le cerveau, qui possède de nombreux transporteurs insulino-dépendants permettant l’ entrée de glucose et la transmission de signaux de satiété, est dépourvu de transporteur spécifique du fructose. Il ne peut donc transmettre ces signaux de satiété. Ce type de transporteur est en revanche présent dans les cellules adipeuses où le fructose devient source de carbone pour la synthèse des phospholipides et des triglycérides. Par ailleurs, le rôle dans l’ obésite de la surconsommation de boissons sucrées et son incidence sur l’ obésité a été mis en évidence dans des nombreuses études évaluant essentiellement des boissons au saccharose. Une étude américaine a montré que la consommation de boissons sucrées au SGHF était corrélée à une prise de poids et d’ énergie. Afin de déterminer si le type d’ agent sucrant intervient dans la prise de poids, une étude contrôlée comparant les boissons sucrées au saccharose à celles sucrées au SGHF, serait donc nécessaire. L’ augmentation de l’ utilisation des SGHF aux États-Unis a précédé de peu l’ accroissement rapide de la prévalence de l’ obésité survenue entre les années 1976 et 1994. En effet, introduits dans les processus de fabrication alimentaire peu avant 1970, les SGHF représentent en l’ an 2000 plus de 40% des sucres ajoutés consommés. Ils sont utilisés de façon avantageuse comme substituts du saccharose dans la plupart des boissons gazeuses et des jus de fruits, dans les confitures et gelées, et dans les produits laitiers grâce à leur coût modique et leurs qualités sucrantes élevées. La relation temporale entre la consommation de sirop de glucose à haute teneur en fructose et l’ épidémie d’ obésité est donc, selon les auteurs à prendre en considération.

Auteur : George A Bray