Les sportifs qui ingèrent 4 ml/kg d’une solution de glucose (10 g/100 ml) 15 minutes avant le début d’un exercice* puis 3,3 ml/kg toutes les 20 minutes au cours de l’effort n’ont pas besoin de choisir en fonction de son index glycémique le repas qui précède de 2 heures le début de l’exercice. Bien qu’un repas d’index glycémique élevé** (pommes de terre, IG = 87) entraîne, 30 minutes après son ingestion, une augmentation des concentrations en glucose et en insuline plasmatique plus importante que pour un repas d’index glycémique faible (pâtes, IG = 37), ces différences disparaissent dès le début et pendant l’exercice avec l’absorption de la solution de glucose. Au total, le niveau d’oxydation des glucides tout au long de l’effort et la performance sont identiques pour les 2 types de repas. Les sportifs qui ingèrent une solution de glucose avant et pendant un exercice ont ainsi tout intérêt à choisir l’alimentation qui précède l’effort en fonction de leurs préférences plutôt qu’en fonction de l’index glycémique. * Echauffement de 2 heures à 70% de VO2 max suivi d’un effort intense qui consiste à atteindre le plus rapidement possible une puissance de 300 kJ. ** Par rapport au glucose. Carbohydrate intake during prolonged cycling minimizes effect of glycemic index of preexercise meal LM. Burke, A. Claassen, JA. Hawley TD. Noakes Australian Institute of Sport, Bruce, Australie et University of Cape Town Medical School, Cape Town, Afrique du Sud J. Appl. Physiol., 1998, 85 (6) : 2220-2226

Auteur : LM. Burke