Pour la première fois, l’ influence de la composition glucidique ou lipidique de l’ alimentation sur le métabolisme des diabétiques est étudiée sur une durée de 6 mois ! Chez les diabétiques de type II, une augmentation de 10% des apports en glucides pendant 6 mois par la consommation de céréales au petit déjeuner n’ a aucun effet sur la glycémie, l’ insulinémie et les concentrations en acides gras et triglycérides plasmatiques. Ces résultats sont vérifiés à la fois pour des céréales d’ index glycémique élevé (97) ou faible (72). Seuls les petits déjeuners d’ index glycémique élevé entraînent une diminution de 0,3 mmol/l des teneurs en cholestérol HDL au cours des 6 mois. Cependant, le ratio cholestérol total / cholestérol HDL, dont la valeur serait plus représentative des risques cardiovasculaires que la teneur en cholestérol HDL du sang, n’ augmente que temporairement et tend à retrouver sa valeur initiale à l’ issue de l’ étude. Si les 10% d’ apports glucidiques sont remplacés par des acides gras monoinsaturés (margarine), l’ insulinémie diminue de 20 mmol/l et les concentrations en acides gras libres dans le sang augmentent de 0,03 mmol/l. Une augmentation des apports glucidiques de 10% n’ aurait ainsi pas d’ effets négatifs pour les diabétiques. En revanche, l’ influence à long terme des modifications métaboliques induites par le régime riche en acides gras monoinsaturés sur la santé des diabétiques est encore inconnue.

 

Comparison of high- and low-glycemic-index breakfast cereals with monounsaturated fat in the long-term dietary management of type 2 diabetes. EB. Tsihlias, AL. Gibbs, MI. McBurney, T. Wolever. Am. J. Clin. Nutr., 2000, 72 : 439-449