La presse people n’a plus l’apanage des titres accrocheurs et des phrases chocs. La presse traditionnelle comme les réseaux sociaux regorgent de “scoops” sur les dangers qui nous guettent de toute part, y compris dans nos assiettes, mélangeant allégrement études scientifiques et croyances populaires et mettant sur le même plan aliments, ingrédients, contaminants…
Comme si désormais, pour vendre (ou se vendre), il devenait indispensable d’affoler plutôt que d’informer.

Hasard du calendrier ou recrudescence de sagesse des scientifiques lors d’un symposium, les articles de ces Brèves feront pencher la balance vers plus mesure : les preuves d’une éventuelle “addiction” au sucre sont bien maigres ; les sucres ajoutés n’auraient pas d’effets néfastes en eux-mêmes, s’ils sont consommés en quantité isocalorique ; le goût pour le sucré n’affecterait ni la consommation de sucres, ni les paramètres anthropométriques. Bref, pas de scoops mais de la modération et des avancées à petits pas.

Une bonne nouvelle quand-même en cette rentrée littéraire, il faut croire que la simplicité et le goût peuvent faire vendre, en témoigne le succès phénoménal du livre de cuisine “simplissime” vendu à 400 000 exemplaires en quelques mois.

Documents joints


Documents supports :
Brèves Nutrition n°65