Il est recommandé de bien recommander


Ce numéro des Brèves fait la part belle aux articles sur les recommandations nutritionnelles, en particulier celles relatives aux sucres. L’OMS a renouvelé en mars 2015 sa recommandation
de limiter les «sucres libres» (= sucres ajoutés + jus de fruits et miels) à 10% des apports énergétiques avec une recommandation à 5%  pour « des bénéfices santé additionnels », en se basant sur « des niveaux de preuve de très faible qualité » à partir d’études d’observation sur la carie dentaire remontant à la seconde guerre mondiale. Sans remettre en cause le bien-fondé
de ces recommandations, plusieurs questions demeurent : sont-elles applicables ? Que cache la diversité de ceux qui ne les atteignent pas ?

 

Ne risquent-t-elles pas de centrer l’attention sur une seule composante de l’équilibre alimentaire ? Les études de ce numéro donnent quelques pistes de réponses avec notamment une étude sur les enfants grecs indiquant que le niveau de consommation de sucres n’est ni un bon marqueur du poids ni de la diversité nutritionnelle. A consommation égale de sucres ajoutés, c’est bien le style de vie qui compte.

 

En matière de recommandations, la forme des messages est aussi une composante importante : les messages purement négatifs semblent contreproductifs alors que des messages plus nuancés portent leurs fruits…

Documents joints