L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) conclut après examen que « les deux études récemment publiées sur la sécurité des édulcorants artificiels ne justifient pas une révision des évaluations précédentes de l’aspartame ou d’autres édulcorants actuellement autorisés dans l’Union européenne ».

La première étude portant sur le potentiel carcinogène chez la souris (Soffritti et al., 2010) est critiquée sur sa méthodologie par  l’EFSA, qui souligne que les études expérimentales réalisées sur toute la durée de vie des animaux pouvaient mener à des conclusions erronées (biais d’apparition de tumeurs spontanées avec l’âge, par exemple). En outre, certaines tumeurs chez les souris, lorsqu’elles sont induites par des substances non-génotoxiques comme l’aspartame, ne sont pas considérées par les toxicologues comme pertinentes en ce qui concerne l’évaluation des risques pour l’homme.

Pour la seconde étude, qui examinait l’association entre la consommation de boissons non alcoolisées contenant des édulcorants artificiels et le risque accru d’accouchement prématuré (Halldorsson et al., 2010), l’EFSA est moins sévère mais appelle à des recherches complémentaires. Le risque statistique identifié avec la consommation de boissons light concerne en effet des accouchements prématurés provoqués médicalement (plutôt que spontanés), ce qui nécessite une analyse approfondie de l’historique des grossesses ; l’EFSA recommande que les prochaines recherches se penchent sur l’exposition à d’autres substances du régime alimentaire qui pourraient avoir un effet sur la grossesse. 

Les membres du groupe scientifique sur les additifs alimentaires doivent se réunir les 1er et 2 mars 2011 pour discuter et compléter le cas échéant cette déclaration de l’EFSA.

Soffritti M. et al., Aspartame administered in feed, beginning prenatally through life span, induces cancers of the liver and lung in male Swiss mice. Am. J. Ind. Med. 2010, 53, 1197-1206.
Halldorsson T.I. et al., Intake of artificially sweetened soft drinks and risk of preterm delivery: a prospective cohort study in 59,334 Danish pregnant women. Am. J. Clin. Nutr. 2010, 92: 626-33.

http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/ans110228.htm