La modification des horaires des repas a été associée aux variations du poids, à la sensibilité à l’insuline et la tolérance au glucose sans que le mécanisme précis soit expliqué. Le but de ce projet était d’étudier l’influence d’un horaire de repas plus ou moins tardif sur la dépense énergétique au repos, la thermogenèse induite par l’alimentation, la tolérance au glucose et la différence de cortisol matin/soir.

 

Lire la suite en ligne : http://www.i-dietetique.com/lu-pour-vous/le-decalage-des-horaires-de-repas-pourrait-induire-des-modifications-metaboliques/6002.html