L’identification des bactéries présentes dans les caries est déterminante dans la compréhension des causes impliquées dans leur formation. Il a été montré grâce aux cultures microbiennes que les Streptocoques mutants et les Lactobacilles représentent les principaux agents responsables des caries dentaires. Cependant, une part importante des espèces microbiennes n’a jamais pu être mise en culture (environ 50%) et l’utilisation de méthodes moléculaires a été limitée aux approches basées sur l’ADN qui détectent les microorganismes actifs, inactifs ou morts.

Cette étude a eu pour objectif d’identifier la composition ARN bactérienne métaboliquement active au cours des différentes étapes de progression de la carie afin de fournir une liste des agents potentiellement en cause dans la carie dentaire. Des échantillons de lésions cariées de l’émail sans cavité et de lésions cariées de la dentine ont été collectés.

Une moyenne de 4900 séquences d’ARN de type 16s a été obtenue pour chaque échantillon, fournissant une vision globale des colonies bactériennes évoluant dans les caries dentaires. Les estimations de la diversité bactérienne indiquent que le microbiote présent dans les cavités est très complexe, chaque échantillon contenant entre 70 et 400 espèces métaboliquement actives.

Les résultats montrent que la composition de ces bactéries a été différente selon les individus et la localisation des lésions pour un même individu. Les lésions de l’émail et de la dentine ont également présenté un profil bactérien différent. Les Lactobacilles ont été identifiés pratiquement exclusivement dans les cavités de la dentine tandis que  les Streptocoques représentaient 40% des bactéries actives dans les caries de l’émail et 20% de celles des caries de la dentine. Ils ne représentaient cependant que 0,73% du total des bactéries identifiées.

Les résultats de cette étude indiquent que les causes bactériennes des caries dentaires sont dépendantes du tissu et que la maladie a clairement une origine polymicrobienne.

La faible proportion de Streptocoques mutants détectés confirme qu’ils représentent finalement une minorité, ce qui remet en cause le principal facteur étiologique de la carie. De futures expérimentations devraient être mises en place pour confirmer ces hypothèses.

Metatranscriptomics reveals overall active bacterial composition in caries lesions.

Simón-Soro A, Guillen-Navarro M, Mira A.

J Oral Microbiol. 2014 Oct 24;6:25443. doi: 10.3402/jom.v6.25443. eCollection 2014.

Auteur : SIMON-SORO A

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 60 - Juin 2015 - N60014