De nombreux signaux provenant de l’intestin interviennent dans la régulation de la prise alimentaire. Les hormones gastro-intestinales secrétées au passage des nutriments ainsi que les mécanorecepteurs stimulés par la distension mécanique de l’estomac transmettent les informations au système nerveux central et provoquent la satiété. Il a été démontré que l’obésité induite par une alimentation déséquilibrée provoque une diminution de la réponse nerveuse à la distension de l’estomac ainsi qu’une réduction de l’effet de la leptine. Cette hormone a notamment pour rôle de stimuler les récepteurs de la muqueuse. Sécrétée par les cellules gastriques épithéliales, elle amplifie la réponse vagale des nerfs afférents chez la souris normale. Chez les souris rendues obèses par l’alimentation, elle a un effet inhibiteur .

Cette étude, menée par des chercheurs australiens, a eu pour objectif de vérifier si ces effets délétères observés chez la souris rendue obèse étaient réversibles lorsqu’on rétablissait un régime équilibré.

Deux groupes de souris témoin ont été nourris l’un avec un régime standard (SLD, n=20) et l’autre avec une alimentation riche en lipides (HFD, n=20) pendant 24 semaines. Le troisième groupe test a été nourri durant les 12 premières semaines avec HFD puis avec SLD les 12 semaines suivantes (RFD, n=18), avec un accès libre à l’eau et à la nourriture pour tous les groupes.

Après 24 semaines, les résultats ont montré une prise de poids corporel et un apport énergétique supérieurs pour les souris des groupes HFD et RFD en comparaison avec les souris du groupe SLD. Les souris du groupe RFD ont d’abord perdu du poids après le retour à une diète normale, puis en ont repris davantage au bout des 24 semaines par une augmentation de la prise alimentaire.

Les souris des groupes HFD et RFD ont montré une baisse de la sensibilité des récepteurs de la tension gastrique et la leptine a inhibé les réponses à la tension dans ces 2 groupes.

Ainsi, la réduction de la mécano-sensibilité du nerf vagal afférent a été maintenue chez les souris du groupe RFD malgré le retour à une diète normale. La leptine, qui a un effet stimulant sur les récepteurs de la muqueuse gastrique des souris SLD, a un effet inhibiteur chez les souris obèses, et ce changement n’est que partiellement réversible après un retour à une alimentation normale.

Altered gastric vagal mechanosensitivity in diet-induced obesity persists on return to normal chow and is accompanied by increased food intake.

Kentish SJ, O’Donnell TA, Frisby CL, Li H, Wittert GA, Page AJ.

Int J Obes (Lond). 2013 Jul 30.

Auteur : Kentish SJ

Documents supports :
Brèves Nutrtion N° 55 - Mars 2014 - N55013 (Réf 4531)