L’hypoglycémie néonatale qui concerne 5 à 15% des nourrissons en bonne santé, peut causer des dommages cérébraux et perturber leur développement neurologique. Le choix du traitement dépend du poids de naissance du bébé et de son âge gestationnel. En premier lieu, les médecins s’appuient sur une prise alimentaire régulière et un suivi du glucose sanguin. Si la glycémie reste basse, l’administration de solution de glucose par intraveineuse peut être envisagée mais elle entraîne une séparation de la mère et de l’enfant et donc une baisse de l’allaitement maternel.

Le gel glucosé représente une possibilité de traitement mais aucune étude n’a permis de montrer un bénéfice clair par rapport à des nourrissons non supplémentés. Cette étude menée entre 2008 et 2010 dans une maternité de Nouvelle-Zélande a eu pour objectif d’évaluer l’efficacité de la supplémentation en gel dosé à 40% de glucose. Elle a inclus 514 nourrissons à risque (mère diabétique, naissance prématurée ou petit poids de naissance) nés à au moins 35 semaines de gestation et âgés de moins de 48 heures. Parmi ces nourrissons, 242 ont présenté une hypoglycémie et ont fait l’objet d’une randomisation. L’analyse a finalement porté sur 237 nourrissons: 118 (50%) dans le groupe test et 119 (50%) dans le groupe placébo. L’administrant devait masser le gel dans la cavité buccal du bébé à hauteur de 200mg/kg de poids corporel, puis le bébé était encouragé à se nourrir. SI l’hypoglycémie persistait ou réapparaissait plus tard, une autre dose était administrée, avec un maximum de 6 doses en 48 heures.

Le marqueur principal portait sur l’échec du traitement, défini comme une concentration en glucose sanguin ou interstitiel inférieure à 2,6 mmoles par litre après 2 doses de gel glucosé. D’autres marqueurs ont été suivis en résultats secondaires, notamment l’incidence de la récurrence de l’hypoglycémie et l’admission en soins intensifs.

Les résultats ont montré que la supplémentation avec le gel glucosé a réduit l’échec du traitement à hauteur de 14 % contre 24% pour le placébo. Aucun événement indésirable n’a été signalé. De plus, la supplémentation n’a pas eu d’impact négatif sur l’allaitement maternel et les nourrissons supplémentés ont fait l’objet de moins d’admissions en soins intensifs néonataux en raison de l’hypoglycémie, que ceux soumis au gel placébo.

Ainsi, les auteurs de l’étude concluent que le traitement au gel glucosé, simple à administrer et bon marché devrait être considéré comme un traitement de premier recours pour contrôler chez les nourrissons à terme l’hypoglycémie dans les 2 premiers jours de vie.

Dextrose gel for neonatal hypoglycaemia (the Sugar Babies Study): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial.

Harris DL, Weston PJ, Signal M, Chase JG, Harding JE

Lancet. 2013 Dec 21;382(9910):2077-83

Auteur : HARRIS DL

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 55 - Mars 2014 - N55009 (Réf 4527)