La reprise de poids est fréquente chez les personnes ayant suivi avec succès un régime de réduction pondérale. Il est important d’en comprendre les raisons et, notamment, de connaître le devenir des hormones circulantes impliquées dans la régulation du poids.

C’est à quoi se sont attachés des chercheurs australiens qui ont invité 50 personnes en surpoids ou obèses à suivre un régime de réduction pondérale drastique pendant 10 semaines. L’activité des peptides gastro-intestinaux, l’insulinémie et l’appétit ont été mesurés lors de l’entrée dans l’étude, après 10 semaines (fin du régime) et après 62 semaines (1 an après la fin du régime).

La réduction pondérale de 13,5 kg en moyenne s’est accompagnée de réductions significatives des taux de leptine, peptide YY, cholécystokinine, insuline et amyline et d’augmentations significatives des taux de ghréline, polypeptide inhibiteur gastrique et polypeptide pancréatique. L’appétit était également augmenté.

Ces augmentations et réductions par rapport aux taux mesurés avant l’entrée dans l’étude étaient toujours présentes 1 an après la fin du régime. Ces modifications pourraient représenter des réponses au déficit en énergie créé par le régime, mais cela reste à démontrer.

Toutefois, leur persistance suggère que la reprise de poids est largement d’origine physiologique et pas nécessairement due à la reprise volontaire de mauvaises habitudes alimentaires.

Long-term persistence of hormonal adaptations to weight loss. Sumithran P., Prendergast L.A., Delbridge E., Purcell K., Shulkes A., Kriketos A., Proietto

J. N Engl J Med, 2011, vol. 365, No. 17,pp. 1597-1604.

 


Auteur : SUMITHRAN P

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 48 - Juin 2012 - N48012