Pour faire face au problème du surpoids lié aux fringales, la recherche s’est récemment intéressée à des stratégies de réévaluation cognitive, qui consistent en une « relecture » mentale de la signification d’une situation donnée comme par exemple la consommation d’un aliment dense en calories, dans le but de faire évoluer la réponse émotionnelle face à cette situation.

Afin d’étudier les effets de ces stratégies, les auteurs de cette étude américaine ont soumis 82 volontaires âgés en moyenne d’une vingtaine d’année à une double série de tests : d’une part, il s’agissait de visionner des images d’aliments gras et sucrés, choisies par les sujets eux-mêmes, certains des aliments étant fortement appréciés, d’autres moins ; et d’autre part, d’appliquer des stratégies de réévaluation cognitive , deux instructions différentes leur ont été données « Look » et « Regulate » vis-à-vis de ces aliments préalablement choisis. En ce qui concerne la première instruction, il a été demandé aux sujets de regarder la photo d’un aliment, d’imaginer qu’il était devant eux et qu’ils allaient pouvoir le consommer immédiatement. La deuxième instruction impliquait l’utilisation de stratégies de réévaluation cognitive soit conseillées par les expérimentateurs comme « imaginer que l’on n’a déjà plus faim ou que l’aliment en question n’a pas un bon aspect » soit librement imaginées par les sujets testés.

Ces stratégies se devaient d’être applicables dans la réalité de la vie quotidienne et avaient pour finalité de réduire l’attrait pour les aliments visionnés. L’étude de l’impact de la stratégie cognitive était réalisée grâce à des questionnaires évaluant les réactions affectives et l’autorégulation du comportement, global et alimentaire.

Les résultats obtenus ont confirmé la pertinence des stratégies de réévaluation cognitive, en particulier vis-à-vis des aliments fortement appréciés dont l’appétence s’est trouvée fortement réduite. Cette expérimentation présente comme intérêt particulier d’avoir élargi le champ d’investigations aux stratégies personnelles des participants. À ce sujet, leur efficacité laisse penser que le succès dans la limitation des fringales peut résider dans l’identification par le sujet lui-même de la stratégie cognitive qui lui convient. Par ailleurs, si le domaine exploré (les fringales pour des aliments énergétiquement denses) était restreint à l’alimentation, le concept de réévaluation cognitive pourrait, selon les auteurs, s’appliquer à d’autres situations comme la prise en charge comportementale du tabagisme ou des comportements « à risque », sous réserve de recherches ad hoc.

Piece of cake. Cognitive reappraisal of food craving.

Giuliani NR, Calcott RD, Berkman ET.

Appetite 2013,64: 56-61.

 


Auteur : GIULIANI NR

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 53 - Septembre 2013 - N53006 (Réf. 4495B)