Relationship between energy from added sugars and frequency of added sugars intake in Irish children, teenagers and adults

Selon un rapport de l’OMS la consommation de sucres ajoutés à une fréquence supérieure à 4 fois/jour entraînerait une augmentation marquée de la prévalence des caries. Pour vérifier cette assertion, une étude irlandaise a recherché l’existence d’une relation entre un apport en sucres ajoutés correspondant à 10% des apports énergétiques quotidiens et une fréquence de consommation de sucres ajoutés de 4 fois/j. Les apports en sucres totaux et ajoutés et les principaux contributeurs en sucres ajoutés ont d’abord été examinés sur la base d’enquêtes de consommation effectuées sur une période de 7 jours chez des enfants (n=594), des adolescents (n=441) et des adultes (n=1379). Selon cette étude, la fréquence des apports en sucres ajoutés est similaire, mais le pourcentage d’énergie provenant de sucres ajoutés varie fortement à travers les 3 groupes d’âge. Chez les adultes, une fréquence de consommation de 4 fois/jour correspond à un apport calorique en sucres ajoutés de 9%, apport inférieur à la valeur recommandée par l’OMS. En revanche, chez les enfants et les adolescents, cette même fréquence correspond à des apports en sucres ajoutés plus élevés, respectivement de14,6 et 12,4%. Bien que les fréquences de consommation des sucres ajoutés et les quantités consommées soient voisines pour les 3 groupes d’âges, l’apport énergétique journalier est inférieur chez les enfants et les adolescents par rapport à celui des adultes. Le pourcentage des calories provenant des sucres ajoutés apparaît alors plus élevé chez les enfants et les adolescents comparés aux adultes. Enfin, les contributeurs en sucres ajoutés diffèrent selon l’âge : les boissons sucrées et les bonbons, principaux contributeurs chez les enfants, sont beaucoup moins consommés chez les adultes. La fréquence de consommation en sucres ajoutés n’est donc peut-être pas le critère déterminant pour prévenir la carie dentaire.

 

Auteur : Joyce T; McCarthy SN; Gibney MJ

Documents supports :
Brève Nutrition N° 33 - Août 2008 - N33015