L’ obésité est-elle liée à une déficience de la thermogenèse ? Si les études épidémiologiques et animales semblent suggérer une réponse positive, des études cliniques récentes qui utilisent la méthode de l’ eau doublement marquée (DLW : Double Labelled Water), ont montré que la thermogenèse ne jouait q’ un rôle limité, voire nul, dans l’ obésité chez l’ homme. La méthode DLW consiste à administrer par voie orale de l’ eau doublement marquée (hydrogène et oxygène) puis à suivre les pertes de ces 2 marqueurs pendant les 2 semaines suivantes, dans des conditions de vie habituelles. La différence entre les pertes d’ hydrogène et d’ oxygène marqués correspond à la production de CO2 par l’ organisme et donc à la dépense énergétique. Cette technique permet d’ éviter les limites des méthodes traditionnellement utilisées pour mesurer la thermogenèse, à savoir la mesure des échanges respiratoires à court terme ou l’ utilisation de chambres respiratoires. En effet, la première méthode détermine la thermogenèse sur une partie de la journée seulement et la seconde ne reflète pas les conditions de vie habituelles puisque l’ activité physique des individus dans une chambre respiratoire est réduite. Les études cliniques menées à l’ aide de la méthode DLW avancent plutôt un rôle déterminant de la dépense énergétique liée à l’ activité physique dans le développement de l’ obésité.

 

The importance of clinical research : the role of thermogenesis in human obesity. DA. Schoeller. Am. J. Clin. Nutr., 2001, 73 : 511-516