Genetic variation in taste and its influence on food selection

D’après cette étude américaine, les édulcorants de synthèse, même en faibles quantités (l’équivalent de 2/3 de canette de soda), augmentent la production intestinale de Peptide 1 Glucagon-like (GLP1) en synergie avec le glucose. Selon un schéma croisé randomisé, 22 jeunes volontaires sains (45 % d’hommes, 18,5 ± 4,2 ans, IMC : 25,6 ± 4,6 kg/m2) à jeun ont subi un test oral de tolérance au glucose (75 g) en 2 occasions, 10 minutes après absorption de 240 ml d’un soda édulcoré au sucralose et acésulfame K ou d’eau gazeuse. Les taux sanguins de glucose, insuline et GLP-1 étaient mesurés régulièrement durant 180 min après la charge en glucose. La glycémie était similaire après ingestion du soda ou de l’eau (aire sous la courbe (AUC) = 1,112 ± 138 mmol/l versus 1,123 ± 152 mmol/l, p = 0,64). De même, l’insulinémie aux différents temps et l’AUC pour l’insuline n’étaient pas significativement différentes, malgré une réponse insulinique sensiblement supérieure à t20 et t25 minutes et un pic d’insuline survenant 12,3 minutes plus tôt après l’ingestion de glucose suivant le soda. En revanche, l’AUC pour le GLP-1 était significativement supérieure après ingestion de soda (24,0 ± 15,2 pmol/l vs 16,2 ± 9,0 pmol/l ; p = 0,003), ainsi que la taille du pic de GLP-1 (p = 0,003), sans modification de cinétique. L’augmentation de la sécrétion de GLP-1 résulte probablement de la stimulation des récepteurs intestinaux du goût sucré par les édulcorants, en synergie avec le glucose. Les conséquences métaboliques de cette stimulation restent à élucider, en l’absence d’effet sur la glycémie et l’insulinémie.


Genetic variation in taste and its influence on food selection. GARCIA-BAILO B., TOGURI C., ENY K.M., EL-SOHEMY A. OMICS, 2009, 13, 1 : 69-80

Auteur : B Garcia-Bailo, C Toguri, KM Eny, A El-Sohemy

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 39 - Avril 2010 - N39005