Les études épidémiologiques pointent le diabète comme facteur de risque de survenue de maladie d’Alzheimer (MA), mais il pourrait au contraire ralentir sa progression. Cette étude française multicentrique prospective a suivi sur une durée médiane de 26 mois (11-47 mois) les fonctions cognitives de 608 patients non-institutionnalisés, avec diagnostic probable de MA, à l’aide du questionnaire MMSE (Mini-Mental-State Examination) administré tous les 6 mois. Le score MMSE était compris entre 10 et 26 à l’inclusion, les MA sévères (MMSE<10) étant exclues. À l’inclusion, 63 patients (10,4 %) étaient diabétiques et 47 d’entre eux prenaient un traitement antidiabétique (oral n = 31 ; insuline n = 16). Dans la cohorte, le déclin cognitif moyen était de -1,24 points de MMSE tous les 6 mois. Une analyse multivariée ajustée (sexe, âge, éducation, sévérité de la MA, utilisation d’inhibiteur de cholinestérase et facteurs vasculaires) montre des scores MMSE initiaux chez les diabétiques similaires à ceux des non diabétiques (20 vs 21, p = 0,79) mais un déclin cognitif plus lent, les scores MMSE moyens à 6 mois différant entre les 2 groupes de 0,38 ± 0,15 (p = 0,01) après ajustement uniquement (0,32 ± 0,18 ; p = 0,078 sans ajustement). Parmi les diabétiques, le déclin cognitif ne différait pas chez les utilisateurs d’insuline (0,11 ; p = 0,68) vs les non-utilisateurs ou chez les patients suivant uniquement des mesures diététiques (0,12 ; p = 0,65) vs ceux prenant un traitement antidiabétique. L’association entre diabète et ralentissement du déclin cognitif pourrait s’expliquer notamment par des différences neuropathologiques chez les diabétiques ou la prise plus fréquente de médicaments cardiovasculaires… Autant de pistes à creuser.


Diabetes is associated with a slower rate of cognitive decline in Alzheimer disease. SANZ C., ANDRIEU S., SINCLAIR A., HANAIRE H et al. Neurology, 2009, 73 : 1359-66

Tags:


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 39 - Avril 2010 - N39013