Consommer une boisson sucrée avant un entraînement de résistance pourrait augmenter la masse musculaire en favorisant la synthèse protéique. Pour vérifier cette assertion, les effets d’ une supplémentation en glucides consommés sous forme liquides (1g/kg de poids) sur les marqueurs de l’ anabolisme, ont été étudiés chez 9 sportifs recevant soit une boisson glucidique, soit un placebo 10 minutes avant et immédiatement après deux séries d’ exercices de résistance d’ environ 45 minutes. Les taux de cortisol, insuline, ammoniac et glucose sanguins ont été mesurés avant, immédiatement après, 1heure ½ et quatre heures après l’ exercice de, l’ azote urinaire, 24h avant et après. Contrairement à l’ hypothèse avancée par les auteurs, la consommation de glucides avant et après un entraînement intense de résistance ne modifie pas la concentration plasmatique de cortisol par rapport au placebo (28,4±4,7 vs 24,3±7,5 à t 10 min ). Cependant la dégradation des protéines n’ est pas non plus affectée et l’ insulinémie augmente par rapport au placebo, immédiatement (10,5±2,7 vs 3,8±2,6, p<0,05) et 1 heure ½ après l’ exercice (21,6±8,5 vs 4,7±1, 2, p<0,05) et significativement à t 1 heure ½ par rapport à t 0 (21,6±8,5 vs 8,3±4,7 à t 0, p<0,05). C’ est pourquoi, même si le cortisol induit une dégradation des protéines, l’ augmentation à court terme de l’ insulinémie après complémentation en sucres glucides peut donc compenser les effets du cortisol en ralentissant la dégradation protéique. L’ apport de sucres glucides avant et après l’ effort peut donc produire un environnement anabolique favorable pour le métabolisme des protéines après un exercice de résistance

Auteur : Thyfault JP