Si la consommation de boissons sucrées est suspectée de favoriser la prise de poids, on ne sait pas très bien quels sont les mécanismes sous-jacents. Des études ont mis en cause la nature liquide en elle-même de ces boissons, plutôt que leur composition, pour expliquer le lien entre boisson et apport calorique excessif.

Cette étude, de méthodologie rigoureuse, s’est attachée à comparer les conséquences sur le poids de la consommation de fruits et de légumes sous différentes formes, en évaluant notamment la compensation éventuelle par une moindre prise alimentaire au repas suivant. L’effectif était composé de 34 sujets sains, minces ou en surpoids/obèses, soumis aléatoirement, à 8 semaines de régime alimentaire comportant des fruits et légumes sous forme solide, puis 8 semaines de jus, ou inversement, séparées par 3 semaines d’alimentation libre.

Curieusement, pour les 2 formes de consommation – solide et liquide – la compensation au repas suivant a été incomplète (boissons 53% ; fruits 78%), générant une prise de poids (boissons 1.95 ±0.33kg et fruits 1.36±0.30kg), portant essentiellement sur la masse grasse (boissons 77% ; fruits 85%). Sur la population globale, la différence n’est pas statistiquement significative entre les 2 formes. Les sujets en surpoids/obèses compensaient moins bien et prenaient plus de poids en mangeant les fruits et légumes sous forme solide que les sujets minces ; mais tous les types de corpulence compensaient mal et grossissaient lors de la phase de consommation de fruits et légumes sous forme de jus. Enfin, une seconde analyse a mis en évidence une sensibilité particulière des sujets obèses à la moindre compensation et à la prise de poids par comparaison aux participants minces ou même en surpoids.

Ces résultats confirment les répercussions potentielles sur le poids et l’équilibre énergétique de la consommation de boissons caloriques, tout particulièrement chez les personnes obèses. De manière générale, les recommandations portant sur l’augmentation de la consommation de fruits et de légumes entiers devraient mettre l’accent sur les apports énergétiques totaux : cet apport calorique additionnel devant être composé par une diminution des autres prises alimentaires.

 

Beverages vs. solid fruits and vegetables: effects on energy intakes and body weight

 

Houchins J.A., Burgess J.R., Campbell W.W., Daniel J.R., Ferruzzi M.G., McCabe G.P., Mattes R.D.

Obesity, 2012, vol. 20, No. 9, pp. 1844-1850.



Auteur : MATTES RD

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 51 - Mars 2013 - N51010 (Réf. 4770)