Selon l’Eurobaromètre de la Commission Européenne, les corpulences moyennes évaluées par l’indice de masse corporelle (IMC) sont très variables d’un pays européen à l’autre, les Britanniques étant les plus corpulents (IMC moyen d’environ 26), les Français les plus minces (IMC femmes : 22 ; hommes : 24,5). Afin d’en déterminer les raisons, une étude observationnelle a comparé la corpulence des hommes et des femmes, et la perception qu’ils en avaient dans 15 pays européens. Basée sur du déclaratif avec toutes les approximations que cela sous-entend, elle a toutefois pu montrer que 45 % des individus étaient insatisfaits de leur poids : les femmes le sont bien plus que les hommes ; leur idéal de corpulence étant considérablement plus faible (19,8 vs 22,6 en moyenne). En France, la minceur est fortement valorisée, les femmes jugeant leur poids trop faible étant 2 fois moins nombreuses que celles effectivement en sous-poids. De plus, un même niveau de corpulence est perçu différemment selon les pays : un individu qui se trouve trop gros en France, sera satisfait de son poids dans un pays où la corpulence moyenne est élevée. La faible corpulence moyenne des Français par rapport à leurs voisins pourrait donc s’expliquer par une plus grande pression publique exercée sur la corpulence. La prise en compte d’une norme pondérale différente selon le sexe est donc essentielle dans la compréhension du jugement porté sur le poids dans les pays européens et dans la mise en place de politiques publiques relatives à la corpulence.


 

Le poids et la perception : comparaisons européennes. T. de Saint Pol. Réalités en Nutrition et en Diabétologie. 2009, 20, 23-26


 

 

Auteur : T. de Saint Pol

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 37 - Novembre 2009 - N37011