De très nombreux arguments soutiennent l’ influence du glucose sur le fonctionnement cérébral, en particulier sur l’augmentation des capacités d’ apprentissage et de mémorisation chez le rat comme chez l’ homme. Cela pourrait, en particulier, expliquer l’ effet de l’ adrénaline, puisqu’elle aussi augmente les capacités de mémorisation et élève la glycémie, mais sans accéder au cerveau. Le glucose est la principale source d’ énergie du cerveau, qui dépend donc du maintien de la glycémie. Des études antérieures ont déjà montré que l’ administration de sucrose améliorait les fonctions cognitives. Cette étude a cherché à généraliser cette observation, d’ une part en utilisant une batterie de tests explorant la mémoire verbale et non verbale, et d’autre part en répétant l’ étude en fonction de trois paramètres : la durée du jeûne (2h vs nuit), l’ heure du jour (matin vs après-midi) et l’ apport glycémique (glucose vs aspartame). L’ administration de 25 grammes de glucose augmentait significativement les performances de mémorisation verbale et spatiale à long terme par rapport à l’aspartame. Son effet était pratiquement équivalent quels que soient les différents paramètres (durée du jeûne, heure). L’ effet de l’ administration de sucrose en fonction de la durée du jeûne était observé alors même que la glycémie initiale était différente dans les deux situations. C’ est donc l’ élévation de la glycémie qui intervenait et non sa valeur absolue. Cette étude confirme des données antérieures dans des conditions plus naturelles et montrent qu’ elle sont vérifiées en dehors des périodes de jeûne prolongé et pas seulement le matin.

 

Glucose facilitation of cognitive performance in healthy young adults: examination of the influence of fast-duration, time of day and pre-consumption plasma glucose levels. Sunram-Lea SI, Foster JK, Durlach P, Perez C. Psychopharmacol., 2001 157, 1 : 46-54.