Afin d’enrayer l’épidémie mondiale d’obésité et de maladies chroniques associées, le Ministère de la Santé a instauré en France dès 2001 le Programme National Nutrition Santé (PNNS), renouvelé en 2006 et 2011 avec pour objectif d’améliorer la santé de la population par la nutrition. En 2014, Santé publique France a mis en place l’étude ESTEBAN (Étude de SanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition) pour répondre à des objectifs de surveillance des marqueurs biologiques, des maladies chroniques et des modes de vie (alimentation, activité physique et état nutritionnel).

L’étude a été réalisée d’avril 2014 à mars 2016, sur des enfants (6-17 ans) et des adultes (18-74 ans) résidant en France métropolitaine (N = 3 702).

D’après l’étude ESTEBAN 2015, l’Indice de Masse Corporelle (IMC) moyen des adultes était de 25,8 kg/m² [25,5-26,1], avec 49 % des adultes en surpoids ou obèses (IMC ≥ 25) (53,9 % des hommes et 44,2 % des femmes). La prévalence de l’obésité s’élevait à 17,2 % [15,2-19,3] avec une proportion équivalente chez les hommes et les femmes. La comparaison de ces chiffres avec ceux de l’étude ENNS (Étude Nationale Nutrition Santé) de 2006 montre que la corpulence moyenne de la population adulte n’a pas connu d’évolution statistiquement significative ces 10 dernières années. En 2015, 17 % [14,0-20,4] des enfants étaient en surpoids, sans différence significative selon le sexe. Cette prévalence avait tendance à être supérieure chez les 11-14 ans (22,5 % pour les garçons et 19,8 % pour les filles), mais sans différence significative avec les autres classes d’âge. La prévalence de l’obésité était de 3,9 % [2,5-6,0], sans différence selon le sexe. La prévalence de la maigreur était de 11,8 % chez les garçons et de 13,9 % chez les filles (différence là encore non significative). Elle avait tendance à augmenter avec l’âge chez les garçons (14,6 % chez les 15-17 ans) et était de 19,5 % chez les filles de 11-14 ans (différence non significative avec les autres classes d’âge). La prévalence du surpoids et de l’obésité chez les garçons et les filles est restée stable entre 2006 et 2015. En revanche, la prévalence de la maigreur a augmenté chez les filles, passant de 8,0 % en 2006 à 14,0 % en 2015 (augmentation non significative chez les garçons).

Au global, malgré une prévalence du surpoids et de l’obésité en France qui reste élevée, on constate une stabilité du surpoids et de l’obésité durant ces 10 années. Ainsi, la France a été l’un des tous premiers pays à montrer une tendance à la stabilisation du surpoids chez les enfants.

Corpulence des enfants et des adultes en France métropolitaine en 2015. Résultats de l’étude Esteban et évolution depuis 2006. Verdot C, Torres M, Salanave B, Deschamps V. Bull Epidémiol Hebd. 2017;(13):234-41.

 

Auteur : Verdot C

Documents supports :
Brève Nutrition n°68 - Septembre 2017 - N68001