Les revues systématiques des études sur les effets métaboliques et pondéraux des boissons sucrées donnent lieu à des résultats souvent contradictoires.

Une équipe d’épidémiologistes américains (DL Weed et al.) s’est penchée sur la qualité méthodologique de ces revues. Ils se sont basés sur le score AMSTAR (Assessment of Multiple Systematic Reviews), un outil spécifique comportant 11 questions conçues pour évaluer la qualité méthodologique des revues systématiques. Ces questions ayant toutes le même poids, le score AMSTAR maximum est de 11. Selon les auteurs, le score AMSTAR moyen des 17 revues sur « boissons sucrées et santé » publiées de 2001 à 2011 est un médiocre 4.4 (variant de 1 à 8,5 selon les études). Les scores moyens des 8 revues rapportant une association entre boissons sucrées et problèmes de santé et des 9 revues dont les résultats sont équivoques, ne sont guère différents (respectivement 4,1 et 4,7 ; différence non significative). Autrement dit, les revues, positives ou négatives, seraient toutes de piètre qualité et reposeraient plus sur des opinions personnelles des auteurs que sur des sources méthodologiques.

Dans un éditorial, deux chercheurs de Boston s’insurgent contre cette conclusion. VS Malik et FB Hu, auteurs de 4 des 8 revues rapportant une association entre boissons sucrées et obésité/diabète reprochent à Weed d’avoir mélangé dans son évaluation des revues systématiques proprement dites à des revues dites « narratives » présentant une qualité méthodologique inférieure car ne présentant pas leur mode d’extraction des données ou n’évaluant pas les biais des études analysées.

Sugar-sweetened beverages and health: where does the evidence stand ? Malik V.S., Hu F.B. Am J Clin Nutr, 2011, vol. 94, No. 5, pp. 1161-1162.

Auteur : Hu F.-B.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 47 - Mars 2012 - N47012 (Réf 4711)