Markedly blunted metabolic effects of fructose in healthy young female subjects compared with male subjects

Afin d’évaluer les effets à court terme d’une surconsommation de fructose sur le métabolisme lipidique à jeun et la sensibilité à l’insuline, une étude a été réalisée chez 16 volontaires sains. Les sujets ont été randomisés pour recevoir soit une alimentation équilibrée isoénergétique, soit le même régime supplémenté avec 3,5g de fructose par kg de masse maigre et par jour pendant 6 jours, en schéma croisé avec un intervalle de 4 semaines. Le profil métabolique (concentrations en hormones et substrats, glucose endogène à jeun et métabolisme glucidique) a été étudié le lendemain à jeun par clamp hyperglycémique en 2 temps. La supplémentation par le fructose a augmenté le poids des sujets de 1,1% chez les hommes et 0,7% chez les femmes. Chez les hommes, elle a augmenté significativement (p<0,05) la glycémie à jeun (5%), l’insulinémie (14%), la triglycéridémie (71%) et les concentrations d’alanine amino-transférase (38%) et a diminué les acides gras libres (-43%), le ß-hydroxybutyrate (-87%) et le glucagon (-10%). La production endogène de glucose et l’oxydation basale du glucose ont aussi été augmentées. Chez les femmes en revanche, les effets métaboliques du fructose ont été limités à ne augmentation du glucose à jeun (4%) et des triglycérides (16%) et à une diminution du ß-hydroxyburyrate (-55%) et du glucagon (-9%) (p<0,05).

La forte consommation de fructose à court terme induit donc une hypertriglycéridémie et une résistance hépatique à l’insuline chez l’homme, effets qui semblent atténués chez la jeune femme, suggérant l’intervention de facteurs dépendants du sexe.


Markedly blunted metabolic effects of fructose in healthy young female subjects compared with male subjects. COUCHEPIN C. et al. Diabetes Care, 2008, 11 : 860-866


Tags:

Auteur : Couchepin C. et al.

Documents supports :
Brève Nutrition N° 34 - Janvier 2009 - N34008