La réévaluation cognitive module la sensibilité de la région d’inhibition et de récompense aux stimuli d’aliments palatables. Cet article a étudié l’efficacité de trois stratégies cognitives de réévaluation sur la sensibilité neuronale induite par la vue d’aliments agréables au goût et a testé si l’indice de masse corporelle modère les effets de ces stratégies. Ont été testées chez des adolescents minces (n=5), en surpoids (n=7) ou obèses (n=9), les stratégies suivantes :

  1. Penser aux conséquences négatives à long terme de la consommation d’aliments considérés comme « non sains» ;
  2. Penser aux bénéfices à long-terme du fait de ne pas consommer l’aliment ;
  3. Refreiner ses envies et compulsions alimentaires.

L’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle a mis en évidence que les stratégies 1 et 2 ont augmenté l’activation des zones d’inhibition et réduit l’activation des régions relatives à l’attention de la même façon que la stratégie de refreiner ses envies. La stratégie 2 a augmenté plus efficacement l’activité de la région d’inhibition et réduit l’activité de la région de l’attention par rapport aux deux autres stratégies. Ces résultats n’ont pas été modifiés par l’indice de masse corporelle des sujets. Par conséquent, la stratégie 2 centrée sur les bénéfices de ne pas consommer l’aliment pourrait augmenter la capacité à inhiber la motivation et la consommation d’aliments agréables au goût et réputés « non sains » chez les sujets en surpoids. Ces résultats demandent à être confirmés au long cours compte-tenu du faible effectif et de l’hétérogénéité des sujets.

Cognitive regulation of food craving: effects of three cognitive reappraisal strategies on neural response to palatable foods.

Int J Obes (Lond). 2013 Dec;37(12):1565-70.

Yokum S & Stice E.


Auteur : YOKUM S

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 55 - Mars 2014 - N55008 (Réf 4526)