The effect of viscosity on ad libitum food intake

Selon une étude qui a analysé l’effet de la viscosité sur les apports alimentaires chez 108 volontaires de poids normal, la consommation ad libitum d’aliments épais est moindre comparée à la consommation ad libitum de liquides. Dans cette étude, les sujets ont eu à consommer, à la paille et ad libitum, 3 produits laitiers au chocolat de composition, densité énergétique et sapidité similaires, différant uniquement par leur viscosité (liquide, semi-liquide, semi-solide), selon un schéma croisé randomisé. Dans ces conditions réelles de consommation, la quantité ingérée de liquide était 30% plus élevée que celle du produit semi-solide (809±396 vs 566±311 g, p<0,0001). Dans une autre expérience menée sur 6 séances, 49 sujets ont consommé les mêmes produits dans 3 conditions contrôlées : 1) vitesse d’ingestion libre/effort variable (à la paille) ; 2) vitesse d’ingestion libre/sans effort (tube de silicone avec pompe ; 3) vitesse d’ingestion fixe 40-50g/min-1 10s toutes les 20s/ sans effort. Dans les cas 1 et 2, les différences de quantité ingérée entre liquide et semi-solide étaient comparables à celle observée dans les conditions réelles (respectivement 34% et 29%, p<0,0001). En revanche, lorsque la vitesse d’ingestion était contrôlée, les quantités absorbées de produit liquide et semi-solide n’étaient plus significativement différentes (200±106 vs 176±88 g, p=0,24). L’ingestion d’une quantité plus importante d’aliments liquides ad libitum par rapport aux aliments solides serait donc due en partie au fait que celle-ci est plus rapide et non pas qu’elle demande moins d’effort.


The effect of viscosity on ad libitum food intake. ZIJLSTRA N. et al. Int J of Obesity, 2008, 32 : 676-83

Tags:

Auteur : Zijlstra N et al.

Documents supports :
Brève Nutrition N° 33 - Août 2008 - N333