De nombreuses données épidémiologiques montrent une augmentation modérée du risque de cancer chez les patients atteints de diabète de type 1 ou 2, ou même d’un état prédiabétique caractérisé par une insulinorésistance. Une relation causale semble établie puisque le risque de cancer augmente régulièrement avec la glycémie. Cette augmentation du risque concerne essentiellement les cancers digestifs ; en effet, insulinorésistance et diabète ont plutôt un effet protecteur vis-à-vis du cancer de la prostate. Chez le diabétique de type 2, l’insulinorésistance avec hyperinsulinémie compensatrice est probablement responsable de l’association entre diabète et cancer. On sait en effet que l’insuline favorise la prolifération cellulaire. Le risque de cancer semble augmenter avec les traitements antidiabétiques, entraînant une élévation de l’insulinémie alors qu’il semble diminuer avec les traitements qui augmentent la sensibilité à l’insuline. La controverse déclenchée par la publication d’une étude – de mauvaise qualité méthodologique et non confirmée par plusieurs études ultérieures – selon laquelle l’insuline glargine utilisée dans le traitement du diabète de type 1 augmenterait particulièrement le risque de cancer est aujourd’hui éteinte. Au terme d’une revue générale sur les relations entre diabète et cancer, D. Simon (diabétologue) et B. Balkau (cancérologue) soulignent que l’objectif prioritaire reste la prévention des complications micro- et macrovasculaires du diabète. Les diabétiques de type 2 meurent deux fois plus souvent de complications macrovasculaires que de cancer. En quelque sorte, l’arbre ne doit pas cacher la forêt…


Diabète et risque de cancer. Simon D., Balkau B. Diabetes & Metab, 2010, 36 : 182-191


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 41 - Septembre 2010 - N41015