Remplacer le saccharose d’aliments solides consommés pendant un repas par un édulcorant (aspartame ou saccharine) réduit la densité énergétique de ces aliments mais ne diminue pas les apports énergétiques à court terme : les individus ont tendance à compenser totalement le déficit énergétique, causé par la consommation de plats sucrés avec des édulcorants, au cours du repas suivant. Néanmoins, ce phénomène de compensation n’est pas systématique si ce type de manipulation est réalisé sur des aliments liquides. Par ailleurs, à moyen terme (10-30 jours), cette compensation ne serait plus que partielle, de l’ordre de 40%, pour des aliments solides ou liquides. L’usage d’aliments sucrés avec des édulcorants n’aurait ainsi qu’un impact limité sur la réduction des apports énergétiques et la perte de poids à court et moyen terme. Intense sweeteners and energy density of foods : implications for weight control A Drewnowski Dpt of Epidemiology, University of Washington, USA Eur. J. Clin. Nutr., 1999, 53 : 757-763

Auteur : A Drewnowski