Afin de bien appréhender la physiopathologie du surpoids et de l’obésité, il est primordial de mieux connaitre les mécanismes d’intégration de l’homéostasie énergétique et du circuit de la récompense au niveau du système nerveux central. L’existence d’anomalies fonctionnelles au niveau de l’interaction de ces deux mécanismes pourrait favoriser une surcharge pondérale pathologique.

Cette expérimentation américaine avait pour objectif d’étudier, au moyen de l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf), les réponses cérébrales des voies de la récompense, suite à des stimuli de nature alimentaire ou non, à l’état de jeûne et en situation post prandiale. L’échantillon de volontaires était composé de 20 sujets normopondéraux et 20 sujets en surpoids (IMC=28,1± 0,3) âgés en moyenne d’une vingtaine d’années.

La procédure prévoyait la prise d’un petit déjeuner, représentant 20% des apports alimentaires journaliers entre deux sessions d’IRMf cérébrale. Durant les sessions d’IRMf, les sujets se voyaient présenter des séries de stimuli d’ordre alimentaire ou non.

L’analyse des données a montré qu’à jeun, les sujets en surpoids avaient une activation cérébrale au niveau du cortex cingulaire antérieur, suite à des stimuli de nature alimentaire, plus intense que les sujets normopondéraux. En post-prandial, les signaux cérébraux de la région du cortex préfrontal droit sont apparus plus faibles chez les sujets en surpoids que chez ceux de poids normal. Ces résultats ont amené les auteurs à supposer que le contrôle inhibiteur était moins prononcé lors des états d’excès pondéral entraînant une prise alimentaire même en l’absence de faim.

Increased sensitivity to food cues in the fasted state and decreased inhibitory control in the satiated state in the overweight.

Martens MJ, Born JM, Lemmens SG, Karhunen L, Heinecke A, Goebel R, Adam TC, Westerterp-Plantenga MS.

Am J Clin Nutr. 2013 Mar;97(3):471-9.


Auteur : MARTENS M

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 52 - Juin 2013 - N52006 (Réf. 4480)