Les habitudes alimentaires sont au moins aussi importantes chez les personnes âgées que chez les plus jeunes. Cuisiner nécessite une implication personnelle, en particulier par le choix et la combinaison des aliments à préparer, et c’est également un acte social.

Les auteurs de cette étude se sont interrogés sur l’éventuel impact sur la longévité du fait de préparer les repas en se demandant si l’apparition d’altérations fonctionnelles pouvait modifier cette relation. Ils ont, à cet effet, utilisé les données d’une cohorte représentative de la population taïwanaise âgée de 65 ans et plus (Elderly Nutrition and Health Survey in Taiwan, NAHSIT Elderly), initiée en 1999-2000. La fréquence de préparation des repas a ainsi été comparée à la longévité, envisagée dans le cadre de variables démographiques, de santé, socio-économiques et comportementales.

Au sein d’un échantillon de 1 888 participants, à l’issue d’un suivi maximal de 10 ans, il a été mis en évidence que les sujets faisant le plus souvent la cuisine (> 5 fois par semaine) survivaient plus longtemps (risque relatif : 0,47 ; intervalle de confiance à 95 % : 0,36-0,62). De même, une meilleure densité nutritionnelle et une plus grande diversité alimentaire ont été retrouvées dans cette même population à longévité prolongée. Des différences entre les sexes ont été observées, puisque les sujets cuisinant le plus fréquemment étaient plutôt des femmes, vivant et déjeunant seules, ayant moins fait d’études supérieures, prenant moins de tabac ou d’alcool, en meilleure forme physique, marchant plus et faisant leurs courses plus souvent.

En définitive, les bénéfices sur la longévité, obtenus en cuisinant ses repas, semblent liés à de meilleures options nutritionnelles et de santé. Les auteurs préconisent ainsi des politiques de santé publique proactives pour préserver l’autonomie dans la préparation des repas.

Cooking frequency may enhance survival in Taiwanese elderly.

Chen R.C., Lee M.S., Chang Y.H., Wahlqvist M.L.

Public Health Nutr, 2012, vol. 15, No. 7, pp. 1142-1149




Auteur : Chen RC

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 50 - Décembre 2012 - N50003 (Réf. 4748)